Le 30 novembre 2019 – Les Jésuites du Canada veulent témoigner leur solidarité avec les femmes de l’organisation Fanm Deside d’Haïti qui ont fait parvenir une lettre au directeur général de Développement et Paix et dont nous avons eu copie.

Nous collaborons par ailleurs depuis de nombreuses années avec les Sœurs du Bon Conseil, notamment sur les enjeux qui touchent Haïti, et nous voulons appuyer le communiqué qu’elles ont rendu public le 28 novembre dernier en tant que fondatrices conservant des liens étroits avec l’organisation Fanm Deside.

Nous sommes particulièrement interpellés par le cri du cœur de ces femmes haïtiennes qui relatent une réalité dont sont malheureusement témoins quotidiennement les confrères jésuites haïtiens de notre Province ainsi que les collaboratrices et collaborateurs de nos œuvres en Haïti. Nous sommes convaincus du travail essentiel que réalise l’organisme Fanm Deside et sa directrice Marie-Ange Noël.

Nous sommes préoccupés du fait que les réponses que cette dernière a donné depuis deux ans n’ont pas été jugées satisfaisantes par les autorités de la CECC et du manque d’écoute et de respect manifesté envers l’appui clair donné par leurs évêques en Haïti. Ce manque d’écoute risque de porter atteinte à la collégialité épiscopale qui doit marquer la communion ecclésiale. Nous redoutons que la lettre du 20 novembre, écrite au nom des évêques canadiens, trahisse un manque de prise de conscience de la situation de crise en Haïti.

La compassion et l’engagement dont témoignent les femmes de Famn Deside en ces temps troubles en Haïti méritent entièrement l’appui de Développement et Paix. Nous reconnaissons dans cette situation les mêmes enjeux qui ont motivé notre sortie publique pour défendre l’intégrité de notre confrère Ismael Moreno du Honduras et ses collaborateurs. Nous espérons grandement la fin de cette enquête auprès des partenaires de Développement et Paix qui nuit au travail de l’institution et de ses partenaires.

Nous espérons que l’OCCDP et les évêques canadiens maintiendront, comme ils l’avaient assuré aux jésuites dans une lettre datée du 29 mai, leur engagement envers nos frères et sœurs dans le besoin, avec transparence, dans le plus grand respect, en replaçant les enjeux dans leur contexte et dans la charité chrétienne.

Erik Oland SJ

Provincial des Jésuites du Canada

Tous les articles