Comment rejoindre les gens en temps de pandémie ? Comment répondre à leurs besoins spirituels et promouvoir la vie contemplative alors que les rassemblements sont interdits ? Plusieurs centres de spiritualité jésuites se sont tournés vers Internet pendant le confinement de la COVID-19, afin de continuer à servir les gens. Ils ont réussi à accompagner des retraitants à distance et à inspirer d’autres groupes à offrir en ligne des ateliers ignatiens. Ce changement ne les a pas seulement aidés à s’engager auprès des personnes qu’ils auraient normalement servies. Il leur a également permis de s’ouvrir à des publics plus larges et parfois plus diversifiés.

Accompagnement spirituel en ligne

Afin de rejoindre les gens malgré la pandémie, la Villa Saint-Martin n’a pas hésité à se tourner vers l’accompagnement en ligne. «Nous avons quelque chose de petit presque chaque jour, et nous avons une grande retraite ou un atelier en ligne presque chaque week-end depuis le 28 mars», souligne le P. Sylvester Tan, SJ. Son collègue Edmund Lo, SJ, renchérit: « il ne s’agit pas d’un simple ‘voilà, un autre lien que vous pouvez consulter par vous-même’, mais d’un événement qui rassemble réellement les gens. » Ces rencontres pouvaient prendre plusieurs formes, par exemple:

  • Réflexions sur les lectures quotidiennes de la messe
  • Retraites
  • Prière avec le chapelet
  • Formations
  • Partage de consolation et désolation
  • Conversation spirituelle

Plus récemment, le Ignatius Jesuit Center a aussi commencé à proposer des retraites en ligne. La première retraite a été tellement populaire qu’une deuxième a été organisée, mettant en lumière les besoins des gens en matière de spiritualité, même (ou surtout) en temps de pandémie.

Créer des retraites et activités en ligne : les bases

La Villa Saint-Martin a pu compter sur son équipe de jeunes adultes et de retraitants bénévoles pour identifier et à répondre aux besoins de la communauté ainsi que mettre rapidement en place ses activités en ligne. Le P. Tan explique que:

En plus de la vidéoconférence (principalement Zoom, mais aussi FaceTime, Skype et Facebook IM vidéo), les jeunes adultes et les retraitants bénévoles utilisent la messagerie instantanée (principalement via WhatsApp) pour faire circuler les idées et partager les informations en temps réel afin d’être encore plus attentifs et réactifs aux besoins au fur et à mesure.

Marc-André Veselovsky, SJ, était l’un des trois accompagnateurs spirituels lors de la retraite Laudato Sì! Serving God in Creation à la Villa Saint-Martin, qui s’est tenue sur Zoom (avec mot de passe), entrecoupée de temps de prière personnelle.

Nous avons structuré la retraite de telle manière que les interventions par Zoom étaient courtes afin de donner plus de temps personnel soit pour prier, soit pour faire une activité créative. Nous avons eu trois moments de partage en petits groupes de 4-6 personnes (il y avait une trentaine de participants en total). Ces petits groupes donnaient l’occasion de faire d’authentiques rencontres les un.e.s avec les autres.

Lors de cette retraite, les retraitants avaient un document avec toutes les informations pour rejoindre le Zoom, l’horaire, les textes pour prier et les points principaux d’une prière ignatienne. Le document comportait aussi des éléments importants pour encadrer les retraitants, par exemple:

  • Avoir à portée de main une Bible et un journal
  • Fermer le microphone (sauf quand la parole est au retraitant)
  • Numéro à contacter en cas de problème technique

Le Ignatius Jesuit Center suit à peu près les mêmes principes. À l’aide de quelques passages bibliques et de leurs propres réflexions, des jésuites accompagnent les participants dans leur cheminement autour de questions précises. Les réflexions des jésuites sont envoyées au fur et à mesure en format vidéo aux retraitants. Ces derniers ont également des rencontres individuelles (Zoom ou téléphone) avec leurs accompagnateurs spirituels.

Les jésuites inspirent d’autres retraites en ligne

Mme Catherine Cherry a participé en mars à la réflexion en ligne sur les Écritures avec le P. Tan et son groupe de jeunes adultes. Elle a été inspirée et a lancé des rencontres en ligne sur l’enseignement, la prière et le partage ignatien.

Lorsque les églises ont fermé, le Père Raymond Lafontaine E.V. a demandé : «Comment pouvons-nous atteindre les gens et les aider dans leur relation avec Dieu?» Le Père Tan m’a montré que les gens pouvaient être touchés par l’Esprit en ligne, et quand le Père Raymond a posé sa question, j’ai réalisé qu’en tant que directeurs ignatiens, nous savons déjà comment aider les gens à développer une relation profonde et personnelle avec Dieu. Dieu a tout mis en place. J’ai commencé à prier, à écouter et à écrire. Tout était là, les sujets, la façon dont tout devait être organisé, et comment nous pouvions aider les gens.

Elle a alors contacté le Montreal Directed Retreat Group, dont elle est membre, et le processus porta fruit:

La technologie était la partie difficile. Avec l’aide d’une de nos membres, Dina Amicone, nous avons appris et nous avons passé un mois à nous entraîner. Cinq d’entre nous ont pris chacun un jour précis de la semaine et un autre s’est engagé à prier pendant que nous étions en ligne. Parmi les sujets que nous avons abordés: «prendre conscience de la présence de Dieu», «demander une grâce», «faire son journal».

Le format de nos rencontres comprend un mot de bienvenue, une introduction, l’étiquette de Zoom, un enseignement de cinq minutes, la lecture du passage de l’Écriture et une autre lecture lente du passage à travers une imagerie guidée. Le tout est suivi de dix minutes de prière silencieuse et se termine par une occasion de partage. Le partage a été étonnamment profond. Dieu est à l’œuvre.

Dina Amicone explique comment la sécurité était assurée sur Zoom:

Nous avons demandé aux participants de s’inscrire via un formulaire Google que j’ai créé. Les participants ont reçu un lien pour s’inscrire, avec des instructions leur indiquant de ne pas le partager. J’ai pu modifier les paramètres de Zoom afin que seul l’hôte puisse partager, copier ou enregistrer l’écran. Une salle d’attente a été mise en place pour s’assurer que seules les personnes inscrites puissent participer à la prière.

Les fruits des ateliers et retraites en ligne: une communauté internationale de prière

Bien que l’accompagnement spirituel en ligne soit moins personnel qu’en présentiel, les retraites et autres activités ont porté fruit. M. Veselovsky, comme d’autres, souligne que ces retraites répondent à un réel besoin de rassemblement.

Ma première expérience de faire une retraite en ligne était vraiment superbe! Finalement, faire une retraite en ligne, ce n’est que créer un espace de rencontre avec Dieu et, dans notre contexte, avec la Création. L’aspect qui m’a le plus frappé était «l’inclusivité» de la retraite. Littéralement, tout le monde pouvait y participer. Des participants à travers le pays ont pu vivre alors une expérience spirituelle en confinement.

Colleen Dulle, qui a participé à un atelier de la Villa Saint-Martin depuis New York, a beaucoup apprécié son expérience.

Notre premier atelier était axé sur «la remise en ordre de notre maison», ce qui m’a aidé à réfléchir à la manière dont je voulais utiliser cette période d’isolement social. Au début de la quarantaine, j’avais constaté que mes vieilles habitudes d’être distraite ou de sauter la prière persistaient, et que je remplissais toutes mes heures de veille avec le travail. L’atelier m’a aidée à être plus intentionnelle sur mes temps de travail et de prière, et m’a donné des ressources pour continuer à approfondir ma prière.

J’ai particulièrement apprécié le deuxième atelier sur la prière avec l’Écriture, qui était divisé en deux samedis pour nous donner le temps de mettre en pratique ce que nous avions appris le premier week-end. Mon petit groupe s’est réuni le mercredi pour faire le point et s’encourager mutuellement, si bien qu’au deuxième samedi, nous avons partagé beaucoup de nos idées et de nos luttes et nous avons appris à bien nous connaître. Maintenant, je suis proche des autres membres de notre groupe, et certains d’entre nous se connectent encore sur les médias sociaux et se sont vus lors des autres ateliers. Le fait d’avoir des liens avec cette communauté m’a aidé à me sentir uni aux autres dans la foi, même si je vis seul pendant le confinement.

Pour Mme Cherry, «faire partie d’une communauté de prière est devenu un point d’ancrage pendant l’isolement du carême.» Et cette communauté en ligne rassemble des gens du Canada, mais aussi du Chili,du Mexique et des États-Unis! Mme Amicone rajoute:

En réfléchissant à cette expérience, je suis touché par le profond partage et la confiance entre les personnes qui y participent. Ce qui a commencé comme un désir de se connecter à Dieu, dans le vide créé par la pandémie, est devenu, pour beaucoup, un désir de connaître et d’aimer Dieu plus profondément, tout en découvrant que la voie d’Ignace facilite ce voyage intérieur.

Alors que les choses commencent à se déconfiner, beaucoup de nos participants ont demandé que notre prière en ligne se poursuive. En tant que directrice spirituelle, habituée à la tradition séculaire du tête-à-tête, j’ai le sentiment d’avoir acquis une meilleure compréhension de Dieu en toutes choses et de ce que Dieu peut faire en seulement 45 petites minutes et une chose très moderne appelée Zoom.

 

Tous les articles