Le père Fernand Bédard est décédé le 2 avril 2020, à l’infirmerie de Richelieu. Il se portait relativement bien, même après avoir subi une opération à la hanche, il y a quelques mois. Mais il avait perdu sa mobilité et il ne se déplaçait qu’en fauteuil roulant. Depuis une semaine, il était de moins en moins présent à ce qui se passait autour de lui. Il s’est éteint doucement au début de l’après-midi.

Fernand est né le 24 février 1925, à Québec (dans le quartier de Limoilou). Il a fait ses études secondaires au Séminaire de Québec (5 ans) et au Collège Garnier (un an) avant d’entrer au noviciat de la Compagnie, au Sault-au-Récollet, le 14 septembre 1942. Après ses premiers vœux, il suivit la formation régulière de plusieurs scolastiques de son époque (deux ans de lettres, une année de sciences et trois ans de philosophie). Durant sa régence, il enseigna deux ans au Collège Saint-Ignace, et un an, au Collège Sainte-Marie, à Montréal. Il étudia la théologie au Collège de l’Immaculée-Conception et il fut ordonné prêtre le 20 mai 1956, à Québec, par Mgr Lionel Audet, auxiliaire de l’archevêque de Québec. Après avoir fait son troisième an à Mont-Laurier, en 1957-58, il entreprit une carrière d’enseignant au Collège de Québec, qu’il poursuivit jusqu’en1975. Il se consacra ensuite à l’apostolat des Exercices spirituels. Il travailla au Centre de spiritualité Manrèse de 1975 à 1982 ; puis il continua à accompagner des retraites comme « missionnaire excurrens », surtout auprès de communautés de religieuses et ce, jusqu’à la fermeture de la résidence attenante au Collège Garnier en 2006. Il se joignit alors aux compagnons qui immigrèrent au château de Bordeaux, une résidence de retraités où laïcs, religieux et religieuses partagent des espaces communs. Il y demeura jusqu’à ce que son état de santé 2017 l’oblige à venir vivre à l’infirmerie de Richelieu pour y recevoir des soins.

Le P. Bédard demeura près de 60 ans à Québec (de 1958 à 2017). C’est dans la ville où il était né qu’il exerça son ministère apostolique et qu’il y fut, à deux reprises, supérieur de communauté : à la Résidence Notre-Dame de la rue Dauphine, de 1989 à 1992 et à la Résidence Garnier, de 1992 à 1999. C’est à ce dernier endroit qu’il vécut durant 40 ans.

Lui survivent deux frères (Pierre et Yvon), deux sœurs (Louisette et Monique) une belle-sœur (Janette) et des neveux et nièces, En raison de l’épidémie du coronavirus, il n’est pas possible, pour le moment, de déterminer à quel moment aura lieu la célébration des funérailles.

Tous les articles

Souffrez-vous à cause de la crise COVID-19 ?
Nous sommes là pour vous écouter.

Contactez-nous : parleraunami@jesuites.org

En savoir plus