À l’hôpital Ajax-Pickering, le 29 avril 2020, est décédé paisiblement George A. O’Neill, fils de George O’Neill et de Clara McElhone. Né à Kitchener (Ontario), il entamait sa 78e année et a passé 57 ans comme religieux. George fit ses études à St. Jerome’s High School and College, un établissement dirigé par les pères Résurrectionnistes. Il fit son entrée dans la Compagnie de Jésus à Guelph le 14 août 1963. Après avoir prononcé ses premiers voeux en 1965, George fit des études en philosophie à Mount St. Michael à Spokane, dans l’état de Washington. À compter de 1967, il fit deux ans de régence à Gonzaga High School à Saint-Jean (Terre-Neuve). Ensuite, il entama ses études en théologie en 1969 à Regis College (Willowdale). Vers la fin de ses études en théologie, George commença à présenter des symptômes de trouble bipolaire; il fut décidé qu’il ne poursuivrait pas ses études pour la prêtrise. Il fit donc des études en enseignement pendant un an au Ontario College of Education et alla ensuite enseigner à l’école secondaire Loyola High School (Montréal) en 1974.

Au début de 1975, on accorda un congé à George et il devint, à ce moment-là, un membre des A.A. Il travailla sans relâche pour ne pas toucher à une goutte d’alcool et proclamait fièrement qu’il n’en avait pas consommé depuis 45 ans! George demeura un scolastique toute sa vie; la Compagnie ne désirait pas l’écarter en raison de son état fragile de santé mentale. Ainsi, il devint bibliothécaire adjoint à Regis College en 1977. George s’acquitta admirablement de ses fonctions jusqu’en 1988, lorsqu’il déménagea à la Maison de retraites Manresa et à la Maison René Goupil à Pickering. Même s’il n’était pas affligé physiquement, il nécessitait des soins médicaux et une surveillance accrue.

Lors de son séjour à Pickering, George écrit de nombreux rapports exhaustifs pour le bulletin d’information de la Province. Il avait une personnalité agréable et un sourire charmant. Il était toujours heureux de recevoir de la visite et aimait beaucoup parler aux gens. Tous les ans, plusieurs mois avant Noël, il commençait à envoyer de longues lettres remplies de photos de sa famille et de lui-même. Il y parlait de sa vie et de sa santé, de sa famille et de ses plus récentes activités. Dans sa jeunesse, George était un excellent photographe. Ses photographies ont capturé la bonté qu’il voyait tout autour de lui. George était toujours ravi de regarder la parade du père Noël à la télévision tous les ans. Il aimait beaucoup les vêtements et était toujours attentif à sa palette de couleurs et à celle des autres. George était empreint d’une simplicité désarmante qui masquait la souffrance psychologique qu’il portait nerveusement mais patiemment dans son for intérieur. On n’oubliera jamais son sourire reconnaissant!

Des funérailles auront lieu à une date ultérieure. Plus de renseignements seront affichés sur le site Web de la maison funéraire Rosar-Morrison (Toronto).

Tous les articles

Souffrez-vous à cause de la crise COVID-19 ?
Nous sommes là pour vous écouter.

Contactez-nous : parleraunami@jesuites.org

En savoir plus