Au cours de la dernière année, Vendredi pour l’avenir [Fridays for Future], mouvement mondial d’étudiants lancé par la jeune Suédoise Greta Thunberg, a pris de l’ampleur au point de regrouper des centaines de milliers d’écoliers à travers le monde. Ce mouvement invite maintenant la population à participer à différentes actions dans la semaine du 20 au 27 septembre 2019, actions qui culmineront dans une Grève pour le climat le vendredi 27 septembre, qui aura également lieu dans plusieurs villes du Canada.

Imaginez un instant que, le temps d’une journée, des gens de tous les horizons mettent leur travail et leurs engagements de côté pour participer à un mouvement de protestation massif et réclamer une action urgente et globale afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030 : il s’agit de la réduction minimale, selon le Groupe intergouvernemental sur les changements climatiques, pour maintenir le réchauffement sous le seuil des 1,5°C et prévenir des conséquences catastrophiques.

Pourquoi est-ce important?

Comme nous le rappelle le pape François, la crise écologique est sans doute le défi le plus pressant auquel l’humanité soit confrontée : les gémissements de la terre « qui se joignent au gémissement des abandonnés du monde… exigent de nous une autre direction » (LS 53). Tout récemment, le 1er septembre, le pape publiait un message pour inaugurer la Saison de la création (jusqu’au 4 octobre).

Soulignant que « beaucoup de jeunes haussent la voix dans le monde entier, en appelant à des choix courageux », il insiste : « il est venu, le temps d’entreprendre des actions prophétiques ».

À l’instar de la multitude de jeunes qui se lèvent pour protester, nous croyons que nous devons envoyer un message fort aux dirigeants du Canada et du monde entier, à savoir que le temps est venu d’agir de façon significative. Le Jesuit Forum (Forum jésuite) vous invite donc à prendre part à la Grève du 27 septembre, à en parler autour de vous et à trouver le moyen de soutenir les jeunes de votre milieu pendant la semaine d’action du 20 au 27 septembre.

photo: Grève pour le climat

Comment puis-je en être?

Des actions sont organisées partout au Canada et à travers le monde.

  • Au Canada, voir la carte affichée ici.
  • Vendredi pour l’avenir dispose également d’une carte mondiale disponible ici (en anglais seulement).

Voici quelques suggestions pour soutenir la Grève au niveau local :

  • Demandez aux organisateurs locaux ce qu’ils planifient et comment vous pouvez les aider. De nombreux groupes comptent organiser des séances de formation, des événements publics et des marches.
  • Assurez-vous de participer à la Grève du 27 septembre. Encouragez vos amis, votre famille et vos collègues à faire de même. Si vous faites partie d’un syndicat ou d’une organisation professionnelle, encouragez vos confrères et consœurs à soutenir la Grève. Si vous êtes enseignant.e, trouvez des moyens d’appuyer les élèves qui y participent. Si vous êtes propriétaire d’une entreprise ou si vous travaillez pour une société, encouragez-la à fermer et à participer à la Grève pendant au moins quelques heures le 27 septembre.
  • Dans votre paroisse ou votre communauté religieuse, faites connaître la Grève et encouragez les gens à y participer. Le mois de septembre est aussi la Saison de la création, si bien qu’on pourrait organiser des célébrations et des veillées de prière sur des thèmes connexes. Kairos Canada anime un Mois de l’action climatique en septembre et a même préparé une prière pour la Grève du climat.
  • Organisez une prière ou une veillée interconfessionnelle pour soutenir la Grève. À Toronto, par exemple, Kairos organise une vigile interconfessionnelle à l’église de la Sainte-Trinité le dimanche 22, à compter de 20 heures. Vérifiez s’il y a des événements de ce genre dans votre région et, si rien n’est prévu, prenez l’initiative d’organiser quelque chose.

photo: Grève pour le climat

Quelles sont les principales exigences des jeunes en grève pour le climat?

Les écoliers et les étudiants de Vendredi pour l’avenir et de Grève pour le climat [Climate Strike Canada] réclament :

  • Que le Canada légifère pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 65 % d’ici 2030 et atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2040. (L’objectif de 65 % tient compte du fait que, en tant que pays à émissions élevées, le Canada devrait contribuer davantage à l’objectif mondial de réduction de 45 %.)
  • Le rejet de nouveaux projets d’extraction ou de transport de combustibles fossiles.
  • L’élimination de toutes les subventions aux combustibles fossiles.
  • Une transition vers les énergies renouvelables et une infrastructure de transport durable.
  • Que le droit à un environnement sain soit consacré par la loi.
  • Un engagement à mettre en œuvre intégralement la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DDPA).
  • La conservation et la protection de la biodiversité et la protection des communautés les plus vulnérables aux changements climatiques.

Grève pour le climat appuie aussi une « nouvelle donne verte » au Canada, programme que le Forum jésuite étudiera plus en détail dans le prochain numéro d’Open Space.

Un plus vaste contexte

Comme le souligne Grève pour le climat, « nous sommes à la croisée des chemins dans l’histoire de l’humanité, et les mesures que nous prendrons ou non détermineront l’avenir de la civilisation », et même l’avenir d’une grande partie de la vie sur la belle planète que nous appelons notre maison commune. En même temps, le mouvement cherche à « faire face à l’ampleur de cette crise et à créer un monde meilleur, en représentant les jeunes de partout au Canada et en cultivant une culture de compassion ».

En se levant pour appeler à l’action, ces jeunes reconnaissent le lien entre la durabilité et la justice sociale : « la justice climatique, disent-ils, c’est plus que les émissions de gaz à effet de serre : il s’agit des droits des travailleurs et de la justice économique. Il s’agit des droits des peuples autochtones et des migrants. C’est une question d’antiracisme et de justice sociale. Chaque bataille est inextricablement liée à une autre, et la victoire n’est possible que si nous les livrons toutes en serrant les rangs. »

Nous croyons qu’il faut « suivre l’énergie », lire les signes des temps et nourrir les jeunes pousses de la transformation là où elles sortent de terre. Nous voyons chez les jeunes un engagement et un dévouement extraordinaires, non seulement pour leur avenir, mais pour l’avenir de toute la communauté terrienne. Nous vous exhortons à vous joindre à nous pour soutenir ce mouvement à la mesure de vos moyens.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.