Le deuxième numéro de la revue Jésuites canadiens met en évidence les nouvelles préférences apostoliques universelles de la Compagnie de Jésus. Les auteurs nous présentent diverses facettes de ces préférences, énumérées par le directeur de la revue, André Brouillette, SJ: le discernement et les Exercices spirituels, marcher avec les exclus, prendre soin de notre maison commune (écologie) et cheminer avec les jeunes.

Jésuites du Canada

Les jésuites du Canada, leurs collaborateurs et leurs œuvres font vivre ces préférences. Peter Bisson, SJ, nous raconte sa participation bouleversante à une réunion de la Commission de Vérité et Réconciliation et plus largement le chemin parcouru par les jésuites depuis les années 1980 dans le processus de réconciliation et les relations autochtones. «Dans le cadre de ces efforts», écrit-il, «les jésuites du Canada  ont été évangélisés par les peuples autochtones.» Frédéric Barriault pour sa part revient sur l’histoire du Centre justice et foi et de la revue Relations. Le centre a su demeurer audible dans une société sécularisée, incarner les interpellations prophétiques de l’Évangile et s’engager avec d’autres pour la justice et la dignité humaine.

Deux futurs prêtres jésuites, Ted Penton et  Adam D. Hincks, nous racontent aussi leur parcours et la manière dont ils ont discerné que Dieu les appelait à une vie religieuse, d’union profonde avec Dieu et les autres. Le premier avec le travail pour la justice et le second, en faisant le pont entre foi et science. Au sud, Savien Doblas fait le point sur la mission du Bureau de Développement de la Compagnie de Jésus en Haïti auprès des victimes de l’ouragan Matthew.

Jésuites à l’international

Les jésuites à l’international ne sont pas en reste dans la mise en pratique des préférences apostoliques. Par exemple, Pierre Bélanger, SJ revient sur la création du service jésuite des réfugiés par le P. Pedro Arrupe – qui est d’ailleurs sur le chemin de la béatification. Marc-André Veselovsky, SJ, raconte sa formation au Centre Sèvres de Paris avec d’autres jeunes laïques et religieux de diverses origines – formation axée non sur un apprentissage par cœur, mais sur la compréhension personnelle de l’enseignement philosophique et théologique. C’est sans parler des missions au Vietnam auprès d’une population autochtone marginalisée, de l’engagement jésuite pour le dialogue islamo-chrétien à Dakar ou du 50e anniversaire du Secrétariat pour la justice sociale et l’écologie.

Réflexion pascale

Enfin, en cette deuxième semaine de l’octave de Pâques, deux textes sont particulièrement appropriés. Le premier est une médiation biblique par Arthur Suski, SJ sur le mystère pascal selon Saint Paul. Ce saint a puisé à même son héritage juif et hellénistique pour expliquer ce mystère et a ainsi été le premier auteur chrétien à donner un sens à la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Le second est un texte de Jean-Claude Ravet sur la croix, paradoxe au cœur de la foi qui représente d’un côté le christianisme et l’amour de Dieu, et de l’autre, une mort violente et humiliante. Le 20 avril dernier, le quotidien montréalais Le Devoir a d’ailleurs publié une réflexion pascale de Jean-Claude, afin de souligner le dimanche de Pâques.


Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.