L’actuel noviciat jésuite pour le Canada est situé à la Villa-Saint-Martin, sur le boulevard Gouin, la plus longue rue (50 km) de l’île de Montréal. Elle vous emmène de la pointe est à la pointe ouest de l’île en longeant la rivière des Prairies, la frontière nord de l’île. Lors d’une promenade de week-end à la découverte de la partie est du boulevard Gouin, j’ai été transporté dans le passé. Ce boulevard est une ancienne route rurale et, dès le XVIIIe siècle, des fermes traditionnelles y ont été construites. Nombre d’entre elles, nichées parmi les résidences plus modernes de ce qui est maintenant une rue animée de banlieue, sont signalées par des plaques descriptives. Au début, il y avait des rapides le long de la rivière, mais elles sont maintenant endiguées et exploitées par une centrale hydroélectrique.

Le noviciat de Sault-au-Récollet, de 1600 à aujourd’hui

Au début du XVIIe siècle, avant l’arrivée des jésuites en Nouvelle-France, les franciscains récollets étaient missionnaires auprès des Autochtones. L’un d’eux, Nicolas Viel, s’est noyé dans les rapides avec un jeune Français surnommé Ahunstsic (qui a donné son nom à un arrondissement du nord de Montréal d’où notre archevêque jésuite Terrence Prendergast est originaire). La mémoire de Viel s’est perpétuée dans un ancien village connu sous le nom de Sault-au-Récollet, dont la plus ancienne église debout de Montréal a été construite en 1749.

Je me suis souvenu que le premier noviciat de la compagnie au Canada et le premier cimetière jésuite étaient situés à Sault-au-Récollet, et je me suis demandé si le bâtiment existait toujours. Il continue d’exister et je l’ai trouvé. Construit en 1852, agrandi au fil des ans avec trois ailes, il est toujours utilisé, mais pas par les jésuites. Ce noviciat a été transféré à Saint-Jérôme en 1960.

Peu de temps après le déménagement du premier noviciat jésuite dans un vaste édifice moderne près de Saint-Jérôme, l’ancien édifice du noviciat fut occupé par le Collège Saint-Ignace, l’un des quatre collèges jésuites de Montréal qui offrait un «cours classique» menant à un B.A. diplôme:

  1. le collège Sainte-Marie, fondé en 1848;
  2.  le collège Loyola, qui s’est séparé du collège Sainte-Marie en 1896 pour offrir des cours en anglais,
  3.  le collège Brébeuf, qui a ouvert ses portes en 1928 bien que le terrain pour lequel il a été acheté ait été acheté en 1909,
  4.  le collège Saint Ignace, fondé en 1927, mais qui a été transféré dans l’ancien noviciat en 1962.

Trois de ces collèges ont fini par fusionner avec d’autres établissements : le Collège Sainte Marie a été intégré à la nouvelle Université du Québec à Montréal en 1969 ; le Collège Loyola a été intégré à la nouvelle Université Concordia en 1974 ; le Collège Saint Ignace a été intégré au Collège Ahuntsic en 1967, en quittant l’ancien bâtiment du noviciat. Pour sa part, le Collège Brébeuf a été transféré à une corporation de laïcs en 1983 et fonctionne maintenant comme un CÉGEP.

En 1969, une ancienne école de frères, appelée Mont-Saint-Louis, a trouvé un nouveau cadre dans l’ancien noviciat, alors vide, qu’ils ont acheté aux Jésuites. Certaines ailes du noviciat ont été rasées, des bâtiments plus récents ont été ajoutés et le cimetière jésuite de la propriété a été exhumé et déplacé à Saint-Jérôme, une tâche complexe et difficile effectuée par les frères jésuites. L’ancien noviciat sert maintenant de bâtiment au sein du complexe de Mont-Saint-Louis. L’architecte d’origine, le Père Félix Martin, a jeté les bases d’un beau et solide bâtiment, et plutôt que d’être démoli, il est en cours de rénovation, comme vous pouvez le voir sur la photo prise très récemment.

Le premier noviciat a donc servi les besoins des novices anglophones et francophones. Le noviciat actuel, établi à Montréal, répond aux mêmes besoins. Mais d’un noviciat à l’autre, il y a une histoire intéressante à raconter.

Le bâtiment du noviciat aujourd'hui.

Le bâtiment du noviciat aujourd’hui.

Francophones et anglophones dans une province jésuite unie

En 1842, la Compagnie de Jésus revint au Canada après 42 ans d’absence. Cette mission jésuite devint par la suite une province canadienne en 1907. Dix-sept ans plus tard, elle fut divisée en deux provinces, l’une francophone et l’autre anglophone. En 2018 enfin, nous nous sommes réunis à nouveau en tant que province.

En 1913, il a été jugé nécessaire d’ouvrir un noviciat anglophone à Guelph, qui a continué son oeuvre jusqu’en 1994, lorsque les novices de la province du Canada anglais ont été envoyés au noviciat de St. Paul au Minnesota. En 2008, ces novices sont retournés au Canada dans un noviciat bilingue nouvellement fondé à Montréal. Notons que l’ouverture et la fermeture d’un noviciat anglophone distinct ont précédé dans les deux cas l’ouverture et la fermeture d’une province anglophone distincte. À deux reprises les besoins qui se sont présentés pour la formation des novices ont été les signes avant-coureurs de changements institutionnels plus larges mis en place peu après.

Quant au noviciat d’origine, il s’est poursuivi pour les novices de langue française de 1913 à 1960, lorsqu’il a déménagé dans un tout nouveau bâtiment à Saint-Jérôme. Après Vatican II, il a déménagé à quelques reprises dans la région de Montréal pour poursuivre un modèle moins institutionnel de la formation des novices, pour enfin s’installer dans le nouveau noviciat bilingue.

Et aujourd’hui?

Mes pérégrinations m’ont donc amené à visiter un vénérable bâtiment et à me familiariser avec l’histoire des jésuites, surtout à Montréal. Ce que j’ai appris a-t-il changé mon point de vue sur la Compagnie au Canada, son retour en 1842 et son développement ultérieur? Pas vraiment, mais tout cela m’a donné une image pour concentrer et aviver mes réflexions sur ces sujets.

L’histoire de la formation de noviciat au Canada est riche et complexe. Il est agréable d’être revenu en 2017 dans un local proche de celui où nous avons eu notre point de départ en 1852, et, dans les deux cas, comme noviciat au service de l’ensemble du pays. Cependant, les fréquents changements de lieu évoqués ici nous font comprendre une chose: le rythme rapide du changement se poursuivra.

Nous sommes des pèlerins et nous n’avons d’autre choix que de nous adapter pour bien continuer notre voyage. Il existe cependant une cohérence essentielle dans ce que nous avons cherché au fil des ans pour nos novices. La Compagnie demeure fidèle à ce qu’elle est foncièrement.

Pour moi, ce fait est illustré par le bâtiment original du noviciat que j’ai été ravi de découvrir, construit de manière solide et attrayante, toujours utilisé 167 ans plus tard, totalement différent des constructions contemporaines à rabais ayant une durée de vie de cinquante ans. Il a résisté à l’épreuve du temps et tient toujours. Il n’est plus un noviciat, mais il nous rappelle que les valeurs que les noviciats jésuites ont recherchées sont perpétuelles, mais incarnées différemment selon les époques. Trouver le lieu heureux où flexibilité et stabilité coexistent et se renforcent mutuellement est une grande grâce que nous devons demander.

L’histoire de nos noviciats est liée à de nombreux changements dans les institutions éducatives jésuites. Mouvements, fusions, fermetures: nous n’avons fait qu’effleurer la surface de ces changements. Elles résultaient d’une part d’une sécularisation généralisée, connue au Québec sous le nom de «révolution tranquille» et qui, même tranquille, se déroulait à une vitesse explosive. D’autre part, les supérieurs jésuites s’attendaient à ce que les ressources jésuites deviennent inadéquates pour continuer à gérer tous nos collèges dans un environnement éducatif en rapide mutation.

La solution adoptée dans les années 60 et 70, dans trois cas sur quatre, était la fusion avec une institution laïque, avec maintien de rapports d’amitié et de valeurs jésuites, qui ont graduellement diminué. Quelques décennies plus tard, la Compagnie universelle a évolué dans le même sens, adoptant une politique de collaboration avec des non-jésuites qui n’implique pas nécessairement un contrôle sur eux, une politique – dans de nombreux cas – de vouloir se joindre aux autres plutôt de les inviter à se joindre à nous. Dans notre pèlerinage jésuite plus large, réconfortons-nous à partir de la même image d’un vénérable édifice, qui subit actuellement de nouvelles rénovations et un nettoyage du visage, qui reste debout même dans ses divers revêtements, car il a été construit pour les siècles.

Tous les articles
Jean-Marc Laporte, SJ
Jean-Marc Laporte, SJ vit à Montréal où il est le socius du directeur novice des Jésuites canadiens.

Souffrez-vous à cause de la crise COVID-19 ?
Nous sommes là pour vous écouter.

Contactez-nous : parleraunami@jesuites.org

En savoir plus