Pendant plus de dix-huit ans avant d’entrer dans la Compagnie, j’ai passé ma vie dans le secteur de la haute finance. On y apprend à faire la différence entre une belle histoire qui paraît crédible et une histoire vraie. Voici donc une déconstruction de quelques-unes de ces fausses belles histoires…

Vrai ou faux?

La Province veut se payer un bâtiment de 200 $ millions pour régler les pertes d’exploitation au Gesù !

Faux. Le Gesù génère un flux de trésorerie positif chaque année. Le but du projet est de coller la mission du Gesù aux réalités de notre époque, particulièrement dans un Québec sécularisé. Ce n’est pas de générer des revenus. De plus, la construction d’un nouvel immeuble ne coûte pas 200 $ millions. Pour cela, nous pourrions acheter tous les 50 millions de Big Macs vendus dans le monde en une journée!

Nous avons déjà perdu le terrain à côté du Gesù à cause du non-paiement des taxes ; la Ville ne nous le rendra jamais !

Vrai (en partie). Le lot immédiatement au sud du Gesù, où se trouvait auparavant la Collège Sainte-Marie, a été perdu à cause du non- paiement des taxes…mais pas par les jésuites! Le terrain a été loué et le locataire n’a jamais payé : le terrain a été perdu !
Et faux. Le lot au nord et à l’ouest n’a jamais été aménagé par la Ville pour devenir un parc. Nous sommes en discussion avec la Ville afin d’améliorer le rayonnement du Gesù, y compris l’option de la construction.

Votre projet consiste donc à construire un bâtiment!

Faux. La mission n’est pas de construire un bâtiment. Nous ne sommes pas des développeurs, ni des promoteurs immobiliers. La construction doit soutenir la mission, sinon on ne le fera pas.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.