J’étais récemment au Salvador en réunion avec le Service jésuite des migrants, section Amérique centrale et Amérique du nord. On y parlait de cette caravane de plus de 3 000 personnes qui se rendaient à pied depuis le Honduras vers les États-Unis. Aux dernières nouvelles, elle avait traversé la frontière du Guatemala avec le Mexique et était en route vers les États-Unis.

Spontanément, cette caravane a démarré son parcours dans le Nord-ouest du Honduras. Elle a accéléré le pas en s’approchant de la frontière avec le Guatemala. Ces personnes voyagent avec très peu. Comment arriver à nourrir autant de monde pendant des semaines? Voilà qui nous rappelle la multiplication des pains et des poisons. Tout au long du chemin, des personnes généreuses les soutiennent en leur donnant de l’eau et de la nourriture. Ces personnes agissent réellement comme Jésus en étant solidaires des participants à la caravane.

Pourquoi toutes ces personnes marchent cette grande distance? Elles sont désespérées. Elles n’ont plus rien à perdre. Elles vivent constamment dans l’insécurité, entourées de gangs qui mettent en danger leurs vies et celles de leurs enfants. Elles veulent avoir une vie où elles peuvent adéquatement nourrir leurs enfants, les instruire et leur fournir des soins de santé. Elles veulent leur donner des choses que nous prenons pour acquises en Amérique du Nord. Et elles n’en peuvent plus de se contenter de survivre.

Certains en Amérique du Nord veulent les empêcher de venir. Quand on écoute le Président Trump, on a l’impression qu’une puissance étrangère est sur le point de prendre les États-Unis d’assaut. En Amérique du Nord, nous nous sommes construits une vie comfortable principalement aux dépens d’autres pays. Si nous sommes si riches, c’est en grande partie à cause de nos politiques économiques qui ont appauvri les autres pays. Nos compagnies multinationales nous ont donné des produits peu chers aux dépens de nos voisins du Sud. De plus, lorsque ces personnes se soulèvent, nous les réprimons durement. Canonisé récemment, Oscar Romero a élevé sa voix pour les siens au Salvador dans les années 1970. Il l’a payé de sa vie.

Devant la croissnce des inégalités, qu’allons-nous faire en Amérique du Nord? Allons-nous demeurer indifférents et rester silencieux? Allons-nous bloquer ces personnes en quête de justice en appuyant des politiciens comme le Président Trump? Ou serons-nous solidaires de ces personnes et allons-nous exiger que nos gouvernements les traitent avec dignité? Nous devons abattre les murs de la forteresse de l’Amérique du Nord. Nous faisons tous partie de la race humaine. L’Église catholique nous enseigne de traiter les autres avec dignité et nous enseigne d’être en solidarité avec les pauvres. Alors je te le demande: Que vas-tu faire ?

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles