Nos missions

L’enseignement du Pape François a donné́ une plus grande profondeur à notre vision, en plaçant la foi, la justice et la solidarité avec les pauvres et les exclus au centre de la mission de réconciliation. Plutôt que de demander ce que nous devons faire, nous cherchons à comprendre comment Dieu nous invite – et tant de personnes de bonne volonté – à participer à cette grande œuvre. – 36ème Congrégation Générale des Jésuites, 2017

La compagnie de Jésus est née sous le signe de la réconciliation: réconciliation avec Dieu, réconciliation avec le prochain, réconciliation avec la création même. Chacune de nos oeuvres est animée par ce triple désir de réconciliation. Avec toute l’église aujourd’hui, nous comprenons que l’amour chrétien s’exprime nécessairement par des paroles et des gestes de justice et de réconciliation.

Arts, éducation et recherche
Nous ne voulons pas proposer une espérance simpliste ou superficielle. Comme l’a toujours souligné le Père Adolfo Nicolás, notre contribution doit plutôt être caractérisée par la profondeur: une profondeur d’intériorité et une « réflexion profonde, qui nous permette de comprendre la réalité plus profondément et par conséquent de servir plus efficacement ». – CG 36, 2017

Pour chaque jésuite, le monde de la culture et de la pensée humaine est un espace privilégié où Dieu est à l’oeuvre. La formation humaine, sociale et spirituelle des jeunes passe par la communication des éléments d’une culture concrète : l’éducation des jeunes est, depuis les premiers temps de la Compagnie, un pilier de notre mission apostolique. Bien comprendre, en profondeur, les mouvements intellectuels et culturels qui nourrissent les choix politiques, le dialogue entre les peuples et les religions dans un monde mondialisé; célébrer la beauté dans les expressions artistiques de différents milieux, et contribuer au monde de l’art; apprendre à analyser la réalité dans ses dimensions scientifiques, philosophiques et théologiques: tel est le projet de nos centres de recherches et de nos institutions universitaires.

Justice sociale et écologie

Le Pape François a souligné le lien fondamental existant entre la crise environnementale et la crise sociale dans laquelle nous vivons aujourd’hui. La pauvreté, l’exclusion sociale et la marginalisation sont liées à la dégradation de l’environnement. Il ne s’agit pas de crises séparées mais d’une unique crise qui est le symptôme de quelque chose beaucoup plus profond : la manière défectueuse dont les sociétés et les économies sont organisées. […] Nous, jésuites, sommes appelés à aider à guérir un monde brisé, en favorisant une nouvelle façon de produire et de consommer, qui met au centre la création de Dieu. – CG 36, 2017

Depuis la 32ème congrégation générale de la Compagnie, les jésuites affirment que le service de la foi implique le service de la justice. Avec le pape François, nous sommes conscient que la justice pour les pauvres et les exclus passe par la transformation écologique des économies et des sociétés, voire même des esprits et des coeurs. Comme nous l’a rappelé le pape Benoît en 2008, en nous envoyant dans « ces régions physiques et spirituelles où d’autres n’arrivent pas ou ont des difficultés à se rendre », l’église nous confie la tâche d’être « des ponts de compréhension et de dialogue ».

Pastorale et paroisses

La réconciliation avec Dieu nous enracine dans la gratitude et nous ouvre à la joie, si nous le rendons possible. […] L’annonce et le partage de l’Évangile continuent d’être la raison de l’existence et de la mission de la Compagnie : que Jésus Christ soit connu, qu’il soit aimé en retour et que l’amour du Christ soit source de vie pour tous. Il demeure toujours la source de la joie et de l’espérance que nous offrons aux autres. – CG 36, 2017

Les jésuites sont appelés, par leur règle de vie, au service « du bien des âmes” par “les prédications publiques, les leçons et tout autre ministère de la Parole de Dieu, et les Exercices Spirituels, la formation chrétienne […], et la consolation spirituelle des fidèles par les confessions et l’administration des autres sacrements.”

Nos paroisses, chapelles publiques et aumôneries sont des lieux de prédilection pour ce service de la foi. On retrouve aussi des jésuites dans les centres hospitaliers, les prisons et autres lieux d’accompagnement des personnes en crise.

Premières Nations

Nous, jésuites du Canada, avons été profondément marqués par nos relations avec les premières nations du Canada depuis l’arrivée des premiers jésuites au 17e siècle. Nous sommes conscients aujourd’hui des grands obstacles présentés par l’histoire pénible des relations entre colonisateurs et premières nations.

Depuis plus de 165 ans, les jésuites canadiens vivent et travaillent sans interruption avec les nations Ojibway, Odawa et Potawatomi, principalement dans le nord de l’Ontario, autour de l’île Manitoulin et de Thunder Bay.

Voici l’acte de réconciliation des jésuites (pdf) en 2013, lors de notre participation à la commission pour la Vérité et Réconciliation.

Nous sommes appelés à reconnaître, à apprécier et à affirmer les dons culturels et spirituels des peuples autochtones avec qui nous marchons, afin d’essayer de contribuer à « un authentique dialogue interculturel, signe de libération pour les deux parties. Notre intuition est que l’Évangile est en harmonie avec ce qui est bon dans chaque culture. » (34ème Congrégation Générale, 1995)

Vie Spirituelle

Un don spécial que les jésuites et la famille ignatienne ont à offrir à l’Église et à sa mission d’évangélisation est la spiritualité ignatienne qui permet l’expérience de Dieu et peut donc grandement aider le processus de conversion personnelle et communautaire. Le Pape François affirme constamment que le discernement doit jouer un rôle particulier, dans la famille, chez les jeunes, dans la promotion des vocations et dans la formation du clergé. La vie chrétienne est de plus en plus personnalisée grâce au discernement. – CG 36, 2017

Dans la tradition de Saint-Ignace, les jésuites du Canada ont des centres de retraite et de spiritualité. Ce sont des lieux de prière et de paix pour tous. Dans une atmosphère qui respecte la personne et son cheminement unique, les gens peuvent approfondir leur relation à Dieu, au prochain et à toute la création.