Le numéro d’été de la revue Relations, intitulé «Invitation à la marche », est en kiosque depuis le 12 juillet. De la promenade au pèlerinage, de la manifestation à la migration en passant par la transhumance, l’aventure humaine passe par les pieds.

Le dossier consacré à la marche propose des réflexions inspirantes. L’anthropologue David LeBreton nous invite à renouer avec notre condition de bipède et d’être né et « conçu » pour marcher. José Acquelin et Catherine Caron nous convient à des réflexions poétiques et artistiques, chantantes et dansantes, sur la marche. Natasha Kanapé Fontaine, Lorraine Guay et Julien Simard nous proposent quant à eux des réflexions politiques sur la marche, ici appréhendée comme manifestation, occupation et appropriation des rues, des places publiques et des territoires ancestraux.

Après plusieurs jours de marche, je ressentais en moi non pas un vide qui se creusait, mais plutôt une ouverture qui se créait. Tellement d’espace à l’intérieur qui se dessinait! Qu’en faire? – Natasha Kanapé Fontaine

Jean-Claude Ravet nous convie pour sa part à des méditations poétiques et mystiques inspirées de son expérience pèlerine sur le chemin de Compostelle.

Dans une prose puissante et finement ciselée, le jésuite Philippe Demeestère attire notre attention sur la marche forcée, l’errance sans fin, mais aussi sur l’invincible dignité et l’émouvante résilience des nomades des temps modernes qui ont croisé sa route, au cours de ses années d’apostolat auprès des personnes itinérantes, des migrants et des réfugiés. Dans la chronique Sur les pas d’Ignace, on peut lire un texte de jésuite Étienne Grieu sur les chemins de la justice.

La deuxième intuition, c’est que le service aux personnes souffrantes ou appauvries ne peut jamais, dans l’Église, relever d’une affaire de spécialistes qui seraient chargés d’assurer cette tâche au nom des autres chrétiens. – Étienne Grieu

Également à lire : un article d’Adel Abderrezak sur le Hirak, l’insurrection non-violente algérienne, une réflexion de Martin Hébert sur la violence structurelle et un texte de Julien Simard sur le vieillissement dans nos sociétés néolibérales. Ce dernier explique comment l’état réagit au vieillissement de la population.

Le vieillissement de la population fait peur aux partisans du «déficit zéro et de la réduction du rôle social de l’État qui l’appréhendent comme un danger tantôt surnommé «tsunami gris», tantôt «Armageddon gériatrique» dans les médias. – Julien Simard

Aussi, à l’aube des déménagements du 1er juillet et du début des vacances estivales, et en contexte de gentrification et de crise du logement, nos débatteurs se demandent s’il faut interdire Airbnb.

Les chroniques et carnets d’Olivia Tapiero, d’Anne Fortin et de Marc Chabot portent eux aussi une empreinte estivale et pérégrine. Le tout magnifiquement illustré par Yayo, l’artiste invité pour ce numéro.

Pour lire gratuitement l’introduction au dossier «Invitation à la marche» de Jean-Claude Ravet, cliquez ici.

 

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.