Dans une précédente chronique, je relatais combien il est important de soigner sa vie intérieure au cœur de nos vies professionnelles, familiales, sociales et virtuelles ô combien effrénées. Faisant alors l’éloge de l’application Jesuit Prayer pour sa capacité à insuffler régularité et profondeur à ma pratique quotidienne de la prière, application qui a été présentée récemment avec 4 autres outils de prière.

Sans délaisser complètement l’application Jesuit Prayer, j’ai commencé ces derniers mois à utiliser Prie en chemin. Et je dois admettre que j’ai été immédiatement et radicalement séduit. Bien que je sois parfaitement bilingue, je ne me retrouvais pas toujours dans les traductions anglaises des textes de la Parole guidant la prière. Ni d’ailleurs dans les commentaires bibliques produits par les collaboratrices et collaborateurs de Jesuit Prayer, Américains pour la plupart. Disponible en français, Prie en chemin m’a permis de pallier le « décalage culturel » qui a accompagné mon utilisation de Jesuit Prayer (en dépit d’ailleurs des intentions irréprochables de ses concepteurs).

Alors que Jesuit Prayer mise sur un rapport plus livresque à la Parole de Dieu (on y lit et médite des textes bibliques), Prie en chemin s’appuie sur l’écoute, la narration du texte sacré. Ce parti-pris en faveur de l’oralité nous rapproche, me semble-t-il, de l’essence même de la Parole de Dieu, longtemps transmise de bouche à oreille, de cœur à cœur et de génération en génération. Il nous rapproche aussi de la façon dont nous vivons habituellement la Parole au cœur de nos liturgies, c’est-à-dire — là encore — sur le mode de l’oralité. Dès les premières utilisations, j’ai été séduit par cet aspect de Prie en chemin : en fermant les yeux et en ouvrant grandes les oreilles, je plonge plus profondément en moi-même, suis davantage attentif à la musicalité, aux rythmes, mais aussi — il va sans dire— au prophétisme et à la richesse spirituelle de l’Évangile.

Les lectrices et les lecteurs choisis insufflent chaleur, supplément d’âme et décorum à la Parole. Saluons d’ailleurs l’audace de confier la lecture à un tandem formé d’un homme et d’une femme, qui lisent l’évangile ou dirigent à tour de rôle la prière, dans une logique de parité et d’égalité. Les concepteurs de Prie en chemin ont aussi eu la géniale intuition d’avoir recours à des ponts musicaux (au demeurant excellents), sous forme de chants lyriques ou liturgiques s’harmonisant parfaitement avec l’Évangile du jour. Ces « intermèdes musicaux » me permettent, là encore, de plonger plus profondément en moi, de m’extraire du monde ambiant pour mieux dialoguer avec le Seigneur.

Signalons enfin l’enracinement de Prie en chemin dans le dynamique propre aux Exercices spirituels. En amont ou en aval de la lecture de l’Évangile, les voix hors-champ nous convient à fréquemment un exercice d’imagination s’inspirant de la composition du lieu si chère à Ignace, afin de nous faire « voir », « sentir », « goûter » et « toucher » intérieurement la Parole de Dieu et nous mettre en marche à la suite de Jésus. Prie en chemin fait aussi la jonction entre contemplation et action, en nous demandant de nous laisser interpeller par un mot, une phrase, un verset du texte qui vient d’être lu; d’en faire l’objet de notre prière, de notre colloque, de notre cœur à cœur avec Jésus. De lui demander qu’Il nous grâce d’incarner en Parole et en actes les interpellations de l’Esprit.

Autre aspect ignatien digne de mention : la répétition. Fidèle à la pédagogie des Exercices spirituels, l’application Prie en chemin nous invite à réentendre le texte biblique du jour, au terme de notre démarche de prière et d’oraison. Et à y jeter un nouveau regard, à la lumière des grâces demandées, voire même des interpellations et illuminations qui ont surgi en nous, au cours de notre prière.

Pour toutes ces raisons, et de nombreuses autres, j’ai développé une accoutumance envers l’application Prie en chemin, laquelle est devenue la compagne de route qui rythme ma prière matinale.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.