Les 14 et 19 novembre prochains, la Revue Relations tiendra deux soirées de réflexion sur les voies de sortie au modèle extractiviste, la première à Québec (Centre culture et environnement Frédéric-Back) et la seconde à Montréal (Maison Bellarmin). Organisées conjointement avec le Comité pour les droits humains en Amérique latine et les AmiEs de la Terre, ces soirées réuniront des experts et des militants aguerris.

« L’extraction industrielle de ressources naturelles pour soutenir des objectifs de croissance économique illimitée est au cœur de la crise écologique actuelle, la plus grave que l’humanité ait affrontée. Comment sortir de ce modèle extractiviste qui entraîne la destruction d’écosystèmes, aggrave le réchauffement climatique et engendre de profondes inégalités? Quelles voies emprunter pour renouer avec un rapport plus humain au territoire et amorcer une véritable transition écologique? »

L’enjeu de l’extractivisme est au cœur des réflexions des Jésuites du Canada, des États-Unis et de l’Amérique latine. Le récent sommet tenu au Honduras par la Commission jésuite nord-américaine pour l’apostolat social et international est un témoignage éloquent, tout comme d’ailleurs les engagements de nos compagnons honduriens et haïtiens face aux compagnies minières, aux entreprises hydro-électriques, ou aux régimes autoritaires qui les soutiennent. On lira ou relira Une juste réponse à l’extractivisme, la déclaration interreligieuse cosignée par le Bureau de la justice et de l’écologie de la Conférence jésuite du Canada et des États-Unis.

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles