Histoires

Par Eric Clayton

Compagnon de saint Ignace, le prêtre jésuite espagnol Jérôme Nadal décrit ainsi le style de vie jésuite : « La forme de la Compagnie [de Jésus] se trouve dans la vie d’Ignace… Dieu nous l’a dressé devant les yeux comme un modèle vivant de notre manière de procéder. »  

Cette manière de procéder qu’incarnait Ignace est bien vivante chez les jésuites d’aujourd’hui, car elle leur est transmise rigoureusement dans le cadre de la formation jésuite. Ces huit à douze années sont marquées par des expériences apostoliques, ou plutôt  pour bien rendre le terme latin experimentum qu’emploie Ignace  par des expériments apostoliques.  

« Il y a différentes raisons pour lesquelles nous faisons faire ces expériences apostoliques, explique le P. Gilles Mongeau, SJ. Elles se rattachent à une intuition d’Ignace, qui a longuement réfléchi à sa propre expérience, à son cheminement et à celui de ses compagnons. » 

Ces expériences que font les jeunes jésuites servent de fondations à leur formation, et cette façon de faire remonte aux origines de la Compagnie. 

« Ignace a retenu des situations qu’ont connues les premiers compagnons ; il a cherché à les codifier dans un petit nombre d’expériments, parce qu’il mesurait le rôle qu’avaient joué ces expériences dans l’évolution de leur groupe. C’est ce qu’il espérait voir se répéter dans les générations suivantes. » 

Les expériments apostoliques offrent des occasions concrètes, sur le terrain et dans la vie réelle, de pratiquer les valeurs jésuites de la pauvreté, de la chasteté, de l’obéissance et de la mission.  

« Il y a différentes raisons pour lesquelles nous faisons faire ces expériences apostoliques, explique le P. Gilles Mongeau, SJ. Elles se rattachent à une intuition d’Ignace, qui a longuement réfléchi à sa propre expérience, à son cheminement et à celui de ses compagnons. » 

« Ils aident la personne à se découvrir ou à se faire révéler un aspect de ce qu’elle est, et ils permettent à la Compagnie de voir se produire quelque chose chez l’aspirant jésuite. » 

Abin Mathew faisant le ménage dans la maison de discernement de Toronto, photo : Fr. John O’Brien

Le P. Mongeau mentionne quatre types particuliers d’expériments apostoliques qui surviennent habituellement pendant le noviciat, la première étape de la formation jésuite.  

« L’expériment de l’hôpital a pour but de faire ressortir le désir d’être personnellement proche des pauvres. » À l’époque d’Ignace, les hôpitaux hébergeaient les indigents et les mourants; cet expériment est donc un appel à se trouver « intensément et intimement proche des personnes pauvres et marginalisées, une façon d’entrer en rapport avec elles ». 

Un autre expériment typique demande au jeune jésuite de servir la communauté en effectuant des travaux manuels dans la maison : en nettoyant la salle de bain ou en récurant les plats à la cuisine, par exemple.  

« C’est une expérience qui permet de se consacrer librement à une tâche plus humble ; l’accomplir simplement, généreusement et en esprit de disponibilité, autant de valeurs fondamentales qui sont au cœur de l’identité jésuite. » 

L’expériment apostolique le plus connu, celui qu’on pratique normalement pendant la « régence », c’est l’enseignement. Il n’est pas rare de retrouver un jeune jésuite en face d’une classe. Mais pour Ignace, cet expériment ne consiste pas simplement à donner un cours.  

« La clé, explique le P. Mongeau, c’est d’accueillir les gens au point où ils en sont dans leur vie de foi ;   d’apprendre à s’adapter à eux pour les accompagner afin de communiquer d’une manière vivante la richesse et le dynamisme de la vie chrétienne ».  

Enfin, il y a l’expérience du pèlerinage, où le novice jésuite est envoyé dans la collectivité. « Sans argent, il doit mendier pour se loger et se nourrir pendant un mois (la longueur peut varier). Il s’agit d’une expérience radicale de confiance en la providence de Dieu. » 

Cet expériment particulier incarne « la pauvreté authentique qu’Ignace a en vue pour la Compagnie ». L’esprit de pauvreté constitue, pour reprendre ses mots, « la mère et le rempart de notre vocation ». 

Pour le novice jésuite, les expériments sont autant d’appels à la conversion : « la conversion au charisme propre à la Compagnie, fondé sur la pauvreté, la disponibilité radicale, l’humilité, la générosité ». 

« La clé, explique le P. Mongeau, c’est d’accueillir les gens au point où ils en sont dans leur vie de foi ;   d’apprendre à s’adapter à eux pour les accompagner afin de communiquer d’une manière vivante la richesse et le dynamisme de la vie chrétienne ».  

Les expériences apostoliques subséquentes, celles que l’on vit aux étapes suivantes de la formation comme la régence, amènent le jeune jésuite à vérifier s’il peut s’épanouir dans une vie comme celle-là.  

Matt avec la classe de 6e année qu’il a aidée à Kingston

« Est-ce que ça colle ? demande le P. Mongeau. Cet homme-là est-il un contemplatif dans l’action comme la Compagnie en cherche ? Est-ce qu’il peut vivre la vie jésuite dans la joie ? » 

Pour Oliver Capko, SJ, qui fait sa deuxième année de régence comme enseignant et animateur de pastorale à l’école secondaire Saint-Paul de Winnipeg, la question qui est au cœur de son expérience de régence, c’est : qui suis-je ? 

Et la réponse se trouve dans « les dons de Dieu que j’offre et que j’ai plaisir à offrir  aux étudiants, explique Oliver. Il est étonnant de voir comment les étudiants, et moi aussi, nous nous animons mutuellement en cheminant sur la voie vers Dieu. Ma vocation se trouve dans le partage que je fais de ce que je suis. »  

La vie et l’héritage de saint Ignace orientent toujours le travail de ces expériences apostoliques ; à un certain niveau, très peu de choses ont changé depuis l’époque du fondateur. Mais le contexte dans lequel se déroulent ces expériences est radicalement différent.  

Prenez l’expériment de l’hôpital. « Vous n’aurez pas dans un hôpital d’aujourd’hui l’expérience que vous auriez faite au seizième ou au dix-septième siècle. L’expériment se fait maintenant dans un contexte très différent. » 

Dans les communautés de L’Arche, par exemple, plusieurs novices vivent avec des personnes handicapées à différents niveaux ; d’autres accompagnent des personnes que servent les Petites Sœurs des Pauvres ou les Missionnaires de la Charité.  

« Ce qui importe, c’est moins l’aspect guérison ou la dimension fin de vie que le fait que ces situations extrêmes créent une immédiateté dans la rencontre, observe le P. Mongeau. On est loin d’une proximité abstraite des pauvres : il s’agit d’une vraie relation humaine, d’amitié, d’intimité. » 

photo : Erik Sorensen, SJ

Il revient donc au directeur des novices, le jésuite responsable de la formation des jeunes jésuites, de mesurer à la fois l’objectif de l’expériment et les besoins et les capacités de chaque aspirant jésuite.  

Erik Sorensen, SJ, qui a fait sa régence à l’école secondaire Loyola de Montréal, a été particulièrement rejoint par son rôle d’animateur de l’équipe de robotique. 

« Ce travail m’appelait à conjuguer ma formation d’ingénieur et mon désir de témoigner de l’Évangile, dit-il. Il m’a amené à réfléchir à la manière dont j’étais appelé à incarner le message du royaume de Dieu dans une situation où il ne serait pas nécessairement entendu. 

Cette expérience m’a préparé à porter le message de l’Évangile dans toutes les situations où je pourrais me retrouver comme jésuite. » 

« Quel rôle joue le discernement personnel du jésuite ? demande le P. Mongeau. Il ne s’agit pas seulement de savoir ce qu’il désire ou ce à quoi il aspire ni jusqu’où il peut se dépasser. Il ne faut pas que l’expériment soit destructeur ; il doit être le plus fructueux possible. » 

« Ce qui importe, c’est moins l’aspect guérison ou la dimension fin de vie que le fait que ces situations extrêmes créent une immédiateté dans la rencontre, observe le P. Mongeau. On est loin d’une proximité abstraite des pauvres : il s’agit d’une vraie relation humaine, d’amitié, d’intimité. » 

Saint Ignace rappelle au jésuite de toutes les époques qu’il doit tout faire pour la plus grande gloire de Dieu et le bien de tout le monde (le prochain). En fin de compte, les expériments apostoliques atteignent leur but lorsqu’ils servent cet objectif, la vision du fondateur.  

Cet article fait partie de notre tout nouveau magazine.

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer