Le 7 avril 2019 marquera le cinquième anniversaire de la mort du jésuite hollandais Frans van der Lugt, qui fut assassiné à Homs, en Syrie, à l’âge de 75 ans. Pour honorer le Père Frans et mettre en lumière son message d’amour contre la haine, les jésuites des Pays-Bas et de Flandre ont réalisé un film animé sur lui.

Dans ce film, disponible en neuf langues, Van der Lugt lance un appel urgent à tous les humains pour qu’ils ne laissent jamais le dernier mot à la haine, mais pour qu’ils combattent plutôt pour l’amour. « Jusqu’à mon dernier soupir, j’ai espéré que la haine, les combats et la souffrance cesseraient. »

La voix fictive du jésuite Van der Lugt revient sur la fin abrupte de sa vie. D’un côté il garde espoir, de l’autre il voit sa propre mort. « Comme si tout s’était arrêté. Et pourtant la vie continue. Oui, elle continue. » Cela est sa conviction profonde, car « c’est l’amour qui continue. Personne ne doit se décourager. »

Dans le film animé, il dit: « Malgré la faim et la violence, je n’ai jamais songé à quitter notre quartier assiégé de Homs. Notre quartier ne fait pas plus d’un kilomètre carré, pourtant musulmans et chrétiens de toutes origines, vivent ici ensemble pacifiquement. Notre manière de vivre ici, c’est ce que j’ai connu de la Syrie. Je ne pouvais pas abandonner cela. »

Cela résume la spiritualité de Frans van der Lugt, s.j. Ce qui le motivait était son amour pour la Syrie et le peuple syrien. Même s’il était un prêtre catholique, il ne faisait aucune distinction entre chrétiens et musulmans. Il a essayé d’aider tout le monde et de répandre un message d’espoir.

Les mois précédant sa mort, le P. Frans van der Lugt a appelé la communauté internationale à mettre fin à la guerre et à envoyer de la nourriture. Ses puissants messages vidéo ont été vus partout dans le monde dans plusieurs émissions d’actualité. Sa mort brutale fut un choc.

Le même père Frans pourrait d’ailleurs être béatifié.

 

Le cas de Van der Lugt n’est qu’un exemple de la manière dont les Jésuites ont continué d’aider le peuple syrien sans regard à la politique, la religion ou d’autres facteurs, et ce, jusqu’au martyre. Un autre Jésuite étranger qui s’était installé en Syrie, le Rev. Paolo Dall’Oglio, se disputa avec le gouvernement dès le début du conflit. Il a été kidnappé il y a près d’un an, vraisemblablement par des combattants extrémistes. Son sort reste inconnu.

Plus d’information à propos de Frans van der Lugt, sj, peuvent être trouvé à www.fransvanderlugt.org (hollandais) ou www.fransvanderlugt.net (anglais).

Tous les articles
Jose Sanchez
José Sánchez est un journaliste et marketer canadien d'origine vénézuélienne. Il termine présentement une maîtrise en théologie à Regis College à Toronto. Il travaille dans une entreprise technologique et s'implique dans l'apostolat "All Inclusive Ministries" qui a pour but de faire le pont entre l'Église et les personnes LGBT. »José Sánchez is a Venezuelan-Canadian journalist and marketer. He is currently completing a Master of Theological Studies degree at Regis College, in Toronto, Canada. He also works in the technology industry and with All Inclusive Ministries, a community that serves as a bridge between the Church and LGBT persons: www.allinclusiveministries.org

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.