Un voyage en exil. Qu’est-ce que c’est?

Un Voyage en Exil - afficheCet exercice de simulation permet aux participants de vivre ce que vit un réfugié lorsqu’il doit fuir son pays. Évidemment, il est impossible de savoir réellement ce que vit un réfugié avant d’en devenir un soi-même. Cela dit, au fil de cet exercice, les participants prendront conscience des défis et des dangers que doivent affronter les réfugiés. Ils feront aussi l’expérience de l’exil. Cette expérience les obligera à prendre des décisions difficiles et les confrontera à des épreuves où ils auront peut-être à affronter la mort.

Au cours des dernières années, nous avons beaucoup entendu parler de la crise des réfugiés, de la vague de réfugiés et des flux migratoires. Pourtant, ces termes masquent ce qu’il y a de plus profondément humain dans l’expérience de l’exil. Ils dépersonnalisent la tragédie humaine et le drame que vivent les réfugiés. L’exercice de simulation Un voyage en exil nous invite à nous mettre à la place du réfugié, pour nous rappeler qu’un réfugié est bien plus qu’une simple statistique. Cette simulation nous aide à prendre conscience qu’un réfugié est avant tout un être humain, dont la vie n’est pas si différente de la nôtre, et dont l’existence a été bouleversée.

L’objectif

L’exercice a pour objectif de stimuler l’empathie du participant envers les réfugiés. Dans de nombreux pays occidentaux, l’opinion publique devient de plus en plus hostile aux réfugiés. Nous espérons faire de cet exercice un outil qui aidera les non-réfugiés à se montrer plus accueillants envers les réfugiés et à être solidaires avec eux.

Description

L’exercice comporte plusieurs activités différentes étroitement reliées entre elles. Chaque participant joue le rôle d’un réfugié d’une région précise du monde. Selon la région, le participant-réfugié devra choisir entre diverses options : il pourra tenter un voyage dangereux afin de se rendre dans un pays occidental ; ou rester dans un camp de réfugiés ; ou encore, chercher refuge dans une ville d’un pays voisin et devenir un réfugié urbain.

À mi-parcours, nous inviterons certains des participants à lire le témoignage de vrais réfugiés qui ont vécu des parcours similaires. De plus, au cours de l’exercice, nous demanderons aux participants de répondre à des questions afin de faire avancer leur réflexion et d’enrichir les échanges. Idéalement, l’exercice se termine par un temps de rétroaction où le participant partage ses sentiments sur ce qu’il vient de vivre.

L’animateur

L’animateur joue un rôle clé dans le déroulement de l’exercice. C’est lui qui insuffle la vie à la démarche, qui lit avec enthousiasme les différentes parties du texte. Autrement dit, il donne le ton. Il est donc essentiel qu’il soit bien préparé.

Non seulement doit-il bien connaître l’exercice lui-même, mais il doit aussi être bien informé sur les problèmes relatifs aux réfugiés. Bien informé, l’animateur suscitera de bonnes discussions et pourra servir de personne-ressource aux participants. Pour s’informer sur le dossier des migrations, l’animateur pourrait consulter les sites Web suivants : Service jésuite des réfugiés  (JRS), Conseil canadien pour les réfugiés (CCR), HCR – L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Par ailleurs, on recommande fortement à l’animateur de faire lui-même l’exercice de simulation avant de l’animer pour d’autres. Enfin, il serait important que l’animateur rencontre personnellement des réfugiés – s’il ne l’a pas déjà fait. Le contact personnel avec une personne réfugiée aide à aborder avec humilité l’animation d’une rencontre où l’on discutera de la tragédie que vivent ceux et celles qui sont contraints de fuir leur pays et qui font face à des situations douloureuses.

Le soutien à offrir

Un voyage en exil peut provoquer de vives émotions chez certains participants, surtout si eux-mêmes ou des personnes qu’ils connaissent ont vécu personnellement des expériences similaires. Il faudra donc s’assurer d’avoir sur place des personnes-ressources capables de juger du suivi à offrir. Vous pourriez faire appel à un professionnel qui a de l’expérience en counseling (travailleuse sociale, psychologue, directeur spirituel, etc.) et qui pourra s’occuper, au besoin, d’un participant bouleversé. Nous vous recommandons de préparer une liste de personnes-ressources que vous remettrez aux participants à la fin de l’exercice, de manière qu’ils puissent consulter un professionnel capable de les aider à gérer les émotions suscitées par cette simulation.

Conditions d’utilisation

Le Service jésuite des réfugiés (JRS) Canada souhaite diffuser à grande échelle Un voyage en exil. Nous demandons simplement aux personnes qui s’en serviront de reconnaître publiquement qu’il a été créé par JRS Canada. Nous vous demandons également de veiller à utiliser le logo de JRS Canada sur tout le matériel promotionnel que vous utiliserez pour votre événement.

Nous n’exigeons pas de frais d’utilisation. Mais les dons sont bienvenus : ils nous aideront à continuer de financer nos activités.

Pour inviter un animateur à diriger la simulation dans votre milieu, il suffit de remplir le formulaire ci-après.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.