Le père Jean-Marie ROCHELEAU est décédé le 20 mai 2019, à l’infirmerie de Richelieu. Il avait assisté aux funérailles du P. Gilles Morissette deux jours auparavant. Le lendemain, à la messe, il avait eu un malaise et, le jour suivant, il s’est éteint au début de la matinée.

Jean-Marie est né le 21 octobre 1917, à Saint-Paul d’Abbottsford (comté de Rouville). Il fit ses études secondaires au Séminaire de Sainte-Croix (à Saint-Laurent) qu’il poursuivit au Séminaire de Saint-Hyacinthe avant d’entrer au noviciat de la Compagnie, au Sault-au-Récollet, le 14 août 1935. Après ses premiers vœux, il suivit la formation régulière du jésuite (deux ans de lettres et trois ans de philosophie). Durant sa régence, il enseigna au cours secondaire un an, au Collège Brébeuf, et deux ans, au Collège Saint-Ignace, à Montréal. Il étudia la théologie au Collège de l’Immaculée-Conception et fut ordonné prêtre le 15 août 1948 par Mgr Joseph Charbonneau, archevêque de Montréal. Après avoir fait son troisième an à Mont-Laurier, en 1949-50, il demeura sur place, un an, pour se préparer à accompagner les Exercices Spirituels avant de commencer le ministère qui allait occuper une très grande partie de sa vie apostolique.

On considérait qu’il avait une santé fragile. C’est pourquoi ses supérieurs lui confièrent d’abord des ministères qui semblaient mieux adaptés à sa condition physique. Il demeura deux ans à la Villa Saint-Martin, récemment relocalisée à Pierrefonds, pour donner des retraites de fin de semaine à des laïcs et aider le curé d’une paroisse des environs. Il passa ensuite une année au Collège Saint-Ignace comme père spirituel des élèves et professeur d’histoire et, une autre année, au noviciat comme socius du maître des novices. De 1955 à 1966, il fut l’adjoint du préfet de l’église du Gesù tout en animant les émissions de « Radio Sacré-Cœur », qui étaient diffusés dans près de 50 postes de radio au Canda français.

En 1966, il consacra quelques mois à suivre des cours en théologie pastorale et à se préparer à se consacrer au ministère des Exercices Spirituels dont il avait voulu faire, depuis longtemps, son activité principale. Il travailla un an, avec quelques compagnons jésuites, dans un centre spirituel que les autorités du diocèse de Saint-Jérôme avaient mis sur pied dans un lieu de villégiature des Laurentides (L’Estérel), mais qui n’arriva pas à décoller vraiment. À partir de 1967, il eut son pied à terre au Centre Vimont où il demeura jusqu’à la fermeture de la résidence en 2012. C’est à partir de ce moment qu’il se consacra à donner les Exercices spirituels à des religieuses, au Québec surtout. Il pouvait, dans une année, accompagner 20 retraites de 8 jours et 3 retraites de 30 jours. Au début de chaque année, il faisait parvenir au secrétariat de la Province son « itinéraire apostolique » de l’année, qui comportait les noms et les adresses des maisons religieuses où se dérouleraient ses retraites. Il lui arrivait aussi de réserver quelques semaines des mois d’été à remplacer des aumôniers de maisons de religieuses.

Malgré ce qu’avaient pu penser ses supérieurs, au début de sa vie apostolique, il sut se tenir en forme physique et entretenir sa santé, même dans les derniers temps de sa vie. Avec la régularité d’une horloge, il faisait tous les jours de longues promenades et pratiquait régulièrement la natation jusqu’à un âge très avancé. À la Villa Saint-Martin, où il résidait depuis la fermeture du Centre Vimont en 2012, il travaillait assidument dans le jardin, en hiver comme été, comme auxiliaire des déneigeurs et surtout des jardiniers.

À l’occasion de ses 50 ans de vie dans la Compagnie, le P. Kolvenbach, le supérieur général, lui écrivait le 31 juillet 1985 : « À revoir votre parcours dans la Compagnie, votre vie paraît assez simple. Presque depuis le début, c’est un ministère pastoral qui a été le vôtre, et presque toujours le ministère des retraites. De l’extérieur on ne peut rien dire, non pas qu’il n’y aurait rien à dire, mais le secret du Roi ne doit pas être divulgué ».

Lui survivent de nombreux neveux et nièces et beaucoup de personnes qui ont gardé un lien avec lui, jusqu’à la fin : des anciens élèves du Collège Saint-Ignace et des religieuses qu’il accompagnait spirituellement jusqu’à tout récemment. Le samedi, 1er juin, le corps sera exposé à la chapelle de la Résidence Notre-Dame de Richelieu à partir de 13h. Suivra le service funèbre qui sera célébré à 14 heures. L’eucharistie sera présidée par Gabriel Côté, le maître des novices. L’homélie sera prononcée par Roch Lapalme, le supérieur de la communauté de la Villa Saint-Martin.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.