In Memoriam

Cliquez ici pour regarder le service funèbre du Frère John (Joe) Ferchette.

Le frère Fréchette est mort le 3 juin dans la section des soins palliatifs de l’hôpital général d’Oshawa. Il était dans sa 87e année et était jésuite depuis 63 ans. Joe est né dans une famille nombreuse de Toronto, fils de Fabian Joseph Frechette et de Maud Ann McQuillan. Il est entré au noviciat de St Stanislas à Guelph le 10 avril 1957 comme frère postulant et a prononcé ses premiers vœux le 11 octobre 1959. Pendant les trois années suivantes, Joe a été homme à tout faire et gardien du grand bâtiment du noviciat, aidé par d’autres frères. Par tempérament, Joe était très méthodique, et rarement porté à s’agiter, même lorsque la plomberie tombait en panne ou qu’une voiture refusait de démarrer.

Joe s’installe en 1961 au Regis College, à Willowdale. La propriété de Regis était un endroit familier car son père était responsable des magnifiques travaux de maçonnerie autour des fondations du bâtiment. Joe fut nommé relieur, chargé de relier les notes de près de 80 professeurs et séminaristes, ainsi que les revues religieuses de la bibliothèque de référence. Il a également été l’assistant du concierge du bâtiment. Pendant quelques années, il a ajouté le rôle de sous-ministre à son dossier.

Après ses vœux perpétuels, Joe est retourné à Guelph en 1969 pour être l’assistant du directeur du centre spirituel Loyola House. Pendant 9 ans, il a été le gardien du bâtiment et du parc et a supervisé la cuisine et le personnel de nettoyage. Avec des inscriptions complètes et des retraites innombrables, Joe était souvent le calme dans beaucoup de tempêtes.

Joe a trouvé son vrai foyer à St. John’s, Terre-Neuve. De 1978 jusqu’à quelques semaines avant sa mort, il s’est dévoué au collège et à la paroisse jésuite sur le Roc. Pendant tout ce temps, il a été économe de la communauté jésuite et a également fait du travail financier à l’école secondaire Gonzaga. En 1998, le gouvernement provincial a supprimé les écoles confessionnelles. Mais les parents se sont ralliés et ont fondé le Collège Saint-Bonaventure, un établissement privé dans la tradition jésuite. Joe en devint le trésorier et fut très apprécié par des générations d’élèves et de personnel. Peu après l’arrivée de Joe à Pickering, une vidéo en ligne lui a été envoyée par la classe de 7e année de St. Bon, chaque élève lui offrant des mots d’adieu.

Il y avait une belle sensibilité humaine chez Joe, et son sourire révélait la paix intérieure qu’il possédait. Il était si respecté qu’il a été nommé à plusieurs reprises au poste d’Admoniteur du Supérieur, une tâche délicate. Il était fidèle à ses amis et à la communauté. Pendant 35 ans, il a passé ses vacances d’été avec Bob Finlay, Joe Schuck et Gerry Mathieu. Il a ressenti une perte personnelle lorsque le seul autre frère de sa communauté de St. John’s, Jim McSheffrey, est tombé dans l’océan et est mort prématurément alors qu’il cueillait des baies.

Quitter St. John’s après 42 ans a été douloureux. Mais Joe pensait que des soins médicaux plus systématiques seraient disponibles à Pickering. Il y avait de nombreux amis dans la communauté jésuite et beaucoup de famille, ce qui a facilité la décision et la transition. Tout au long de sa longue vie, Joe a été entouré par sa famille – de nombreux frères et soeurs, des dizaines de neveux et nièces, et leur progéniture. Même au cours de ses dernières semaines à Pickering, lorsqu’il était en quarantaine, il les a accueillis par la fenêtre de sa chambre, tout en les tenant à distance d’un mètre et demi !

Ses 6 semaines à La Storta ont été l’occasion pour lui de renouer ces liens d’amitié et d’attendre patiemment ce qui se présenterait dans son corps, son âme et son esprit. Il était reconnaissant pour les soins médicaux qu’il recevait des infirmières qui l’assistaient à La Storta. Elles étaient toutes attirées par sa chaleur personnelle et sa bonne humeur. Ce que Joe aimait particulièrement, c’était de recevoir chaque jour la communion. Lorsqu’il a accepté l’offre de soins palliatifs à l’hôpital général d’Oshawa, il a dit : « Je suis entre les mains de Dieu ». Il a été ravi de recevoir à nouveau le sacrement de l’Onction des malades au moment où il partait pour l’hôpital. Une fois à l’hôpital, il voulait juste avoir son chapelet dans les mains et ses appareils auditifs. À la surprise de tous, seulement 9 heures après son arrivée à l’hôpital, il est passé paisiblement dans les mains de Dieu avec l’infirmière à ses côtés.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer