In Memoriam

Le père François GENDRON est décédé le vendredi 26 août 2022, à l’infirmerie de la Résidence Notre-Dame de Richelieu des suites d’une pneumonie qu’il avait contractée quelque temps auparavant. Il venait d’avoir 95 ans.

François est né le 22 août 1927, à Montréal. Il était le plus jeune de trois garçons. Il avait perdu son père très jeune, à la suite d’un accident. Il était entré dans la Compagnie de Jésus le 14 août 1945, quelques mois avant son frère André, qui était son aîné de six ans. Il avait complété ses études secondaires et collégiales au Collège Jean-de-Brébeuf, au moment de commencer son noviciat. Après ses premiers vœux, il fit ses études du premier cycle à Montréal (deux ans de lettres, une année de sciences et trois ans de philosophie) avant d’être envoyé au Collège de Saint-Boniface pour sa régence (1953-1956). Il fut titulaire d’une classe du cours secondaire, durant deux ans. Dans sa troisième année, il assista le préfet de discipline. Il revint au Collège de Saint-Boniface, après ses études de théologie et avant son troisième an, pour y être préfet de discipline durant deux ans, de 1962 à 1964. Il fut ordonné prêtre le 18 juin 1959 par M. le cardinal Paul-Émile Léger, à l’église de la paroisse de l’Immaculée-Conception à Montréal.

Après son troisième an, à Saint-Jérôme, François, qui était originaire de Montréal et qui y a reçu toute sa formation jésuite, a exercé son ministère pastoral uniquement dans la ville de Québec et dans la région du Bas Saint-Laurent (de 1967 à 2020), à l’exception des quatre années où il a été préfet de discipline au Collège de Saint-Boniface (de 1963 à 1967). Même s’il était doué pour des tâches administratives, il ne s’est pas senti à l’aise dans le poste de secrétaire du Provincial de Québec, à son arrivée à Québec, à l’été 1967. Après quelques mois, il demanda à exercer une activité qui le mettrait en contact avec des jeunes d’âge scolaire. De 1968 à 1981, il sera animateur de pastorale dans une école secondaire publique (l’école Louis-Jolliet de Québec). De 1980 à 1983, il sera le supérieur de la communauté Saint-Charles-Garnier.

À cette époque, il fut touché et rejoint par un article sur le travail en paroisse, rédigé par un ancien assistant du Père Pedro Arrupe, Michael Chu li-Teh, dans lequel l’auteur écrivait : « La paroisse semble être aujourd’hui un lieu privilégié… pour exercer ouvertement, officiellement et complètement nos activités sacerdotales et notre service de la foi ». François obtint la permission du provincial d’être nommé pasteur d’une paroisse du diocèse de Québec. Il sera le curé de Saint-Fidèle de 1981 à 1993. À la fin de son mandat, il souhaita aller travailler dans les diocèses de Rimouski et de Gaspé. Sans être chargé d’une paroisse en particulier, il y exerça son ministère durant huit ans. Puis il revint à Québec, où il sera l’économe de la communauté, à la Résidence Garnier, et le responsable de la chapelle de la rue Dauphine, de 2001 à 2006. À la fermeture de la résidence, il offrira ses services au curé de la paroisse St-André de Neufchâtel (de 2006 à 2012) tout en résidant au presbytère. À partir de 2011, il demeurera en appartement au Samuel-Holland, jusqu’à ce qu’il accepte, à l’été 2020, de venir résider à Richelieu, en raison de ses problèmes de santé et de son âge avancé.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer