In Memoriam

Le père David Norris est décédé le 31 octobre 2020 à la maison Rene Goupil, à Pickering, en Ontario. Il était dans sa 80e année de vie et était jésuite depuis 61 ans. Fils de John Norris et de Jean KettleIl, il est né à Kingston, Ontario. Après quatre années passées au Regiopolis College de Kingston (qui était encore administré par les jésuites), Dave entra dans la Compagnie à Guelph le 14 août 1959. Après ses premiers vœux, il a fait le juvénat habituel, puis s’est rendu à Mount St. Michael à Spokane pour y faire sa philosophie. En 1966, il retourna à Kingston pour une année de régence à Regiopolis. Il devait poursuivre la régence à Terre-Neuve, mais il y tomba malade et se rétablit à Toronto pendant près d’un an.

David tenait à être missionnaire en Zambie et a passé un an dans ce pays pour y apprendre la langue avant de revenir au Canada en 1970 pour suivre ses cours de théologie au Regis College, à Willowdale. Il a été ordonné le 16 février 1974. Plus tard dans la même année, il retourna en Zambie et, pendant les dix années suivantes, il servit dans diverses missions, s’occupant de pastorale et d’enseignement. En 1985, il dut quitter l’Afrique en raison d’une grave maladie et fut nommé au Canadian Jesuit Missions pendant sa convalescence. Il s’installa dans le nord de l’Ontario, où il passa deux ans au centre spirituel Anishinabe à Espanola. En 1988, Dave était suffisamment bien pour retourner en Afrique et, pendant les neuf années suivantes, il a enseigné dans l’école de Chisekesi. Au cours de cette deuxième décennie de missions, il a noué de nombreuses amitiés. Il a même réussi à rendre une longue visite à ses collègues missionnaires à Darjeeling, en Inde.

En 1997, Dave est rentré au Canada et a été affecté à l’infirmerie de Pickering, car il avait besoin de soins médicaux réguliers. Il exerça un ministère dans la maison et dirigea des retraites à Manresa Retreat House. Il emménagea à La Storta House en 2007 et commença un ministère pastoral dans la région de Durham, y compris une célébration régulière de la messe dominicale à l’hôpital Ontario Shores et l’aumônerie dans diverses écoles catholiques. Avec son large sourire, sa guitare et son attitude décontractée, il était différent de l’aumônier scolaire habituel et était très populaire auprès des étudiants. Il prenait régulièrement des pauses pour servir pendant des mois dans le nord de l’Ontario, ce qui s’est avéré être une bénédiction pour son esprit vagabond. En 2019 (juste avant que la pandémie ne frappe), il retourna à la René Goupil House, pour y recevoir une surveillance médicale continue : il avait souffert d’une grave commotion cérébrale un été à Thunder Bay et ne s’en était jamais remis complètement. Il avait des périodes où il souffrait de confusion et a fait des chutes, ce qui s’est avéré plutôt handicapant.

Il avait un grand zèle pastoral et il était décourageant pour lui d’abandonner la conduite automobile, ce qui limitait son ministère extérieur. Chaque fois qu’il célébrait une messe communautaire, il emportait sa guitare, et il y avait beaucoup de chants, plus ou moins harmonieux, alors que la communauté s’efforçait de se souvenir de son choix éclectique d’hymnes. Il a pu faire quelques voyages d’adieu en Zambie, ce qui l’a beaucoup consolé

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer