El Progreso (Honduras), 17-21 septembre 2018

Nous étions 17 délégués sociaux et internationaux venus des Antilles, du Mexique, de l’Amérique centrale, des États-Unis et du Canada. Il y avait parmi nous Rafael Moreno, coordonnateur du CPAL pour la justice et l’écologie, et Xavier Jeyaraj, secrétaire du Secrétariat pour la justice sociale et l’écologie à Rome. Nous avons bénéficié à plusieurs reprises de la présence du père Melo, de Yolanda Gonzalez et de Pedro Landa, du groupe ERIC/Radio Progreso.

La situation au Honduras reste tendue et difficile depuis les élections frauduleuses de novembre 2017. Radio Progreso, très critique de la corruption au gouvernement, a été l’objet de grandes pressions, mais il continue néanmoins de diffuser toute la journée et de rejoindre les endroits les plus reculés avec ses informations et ses chansons, ses analyses et ses interviews. Toutes les autres radios et tous les autres médias sont contrôlés par le gouvernement et relaient de la propagande sociale et politique.

L’ERIC (Équipe de réflexion, d’enquête et de communication) et Radio Progreso réalisent un travail extraordinaire et font rayonner leur passion pour la vie et la justice en sensibilisant la population et la communauté internationale. À titre d’exemple, des militants locaux se sont mis en action pour changer la réalité de ces jeunes qui ne voient pas d’avenir autre que celui d’émigrer.

Notre Commission jésuite nord-américaine pour l’apostolat social et international et le Bureau justice et écologie de la Conférence sont allés au Honduras rencontrer une délégation élargie de ce groupe afin de manifester sur place leur solidarité à nos amis d’ERIC/Radio Progreso et au père Melo, son directeur, victime d’une campagne de diffamation des plus troublantes.

La rencontre, qui faisait suite à une session plus importante tenue à Santiago en 2016, avait pour but de nouer des relations et de trouver des façons de collaborer pour accroître notre impact. Nous sommes revenus sur les grands thèmes étudiés à Santo Domingo: l’inégalité / les migrations / l’écologie et les industries extractives / la violence. Nous avons fait le point sur le suivi, notamment le travail de solidarité et de plaidoyer accompli à propos du Honduras, la Campagne pour l’hospitalité et d’autres actions. Nous avons aussi pris le temps de réfléchir ensemble et de dégager deux thèmes sur lesquels nous espérons axer davantage notre collaboration: l’écologie et les industries extractives, d’une part, les migrations et les réfugiés, d’autre part.

Pour le thème de l’écologie, nous avons choisi d’insister sur l’extraction minière, souvent le fait de minières canadiennes, qui est source de destruction, de conflits et de violence dans les communautés locales. La question des réfugiés et des migrants est importante pour la Compagnie de Jésus qui s’y est investie, entre autres, par le biais de la campagne pour l’hospitalité.

Nous avons encore abordé d’autres sujets, par exemple, le prochain jubilé du Secrétariat pour la justice sociale et l’écologie, fondé par le père Pedro Arrupe en 1969. On prépare pour l’an prochain une démarche de ressourcement et de réengagement à tous les niveaux de la Compagnie. Cette démarche sera liée aux Préférences apostoliques universelles et discernera la façon de les incorporer à notre travail.

Cette rencontre au Honduras nous a permis d’approfondir nos liens et de faciliter les communications. Cette semaine là-bas a été intense, mais inspirante, les défis paraissent écrasants, mais empreints d’espérance puisqu’on voit des pistes de collaboration et de solidarité.

Anne-Marie Jackson, directrice du Jesuit Forum for Social Faith and Justice

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles
Autres billets de Anne-Marie Jackson