Histoires

« La régence joue un rôle particulier dans la formation globale d’un jésuite », a écrit l’ancien Supérieur général Peter-Hans Kolvenbach (1983-2008) à propos de la formation des membres de la Compagnie de Jésus. 

photo : Jésuites d’Haïti

Lors de sa longue formation, tout jésuite doit passer par cette période d’environ deux ans pendant laquelle il travaille dans une œuvre ignatienne, discernée avec le provincial selon la réalité du jeune jésuite, les besoins de la province et l’appel de la formation. « C’est l’une de mes meilleures expériences dans la Compagnie de Jésus », souligne Frantz B. Georges, SJ, qui a fait sa régence au Service jésuite des réfugiés – Canada. 

Ce n’est que l’un des apostolats où les régents de la province du Canada et d’Haïti peuvent se retrouver. Ainsi, au cours des dernières années Matthew Hendzel, SJ, été accompagnateur spirituel au centre de retraite Loyola House ; Jean Francky Guerrier, SJ, a œuvré dans de nombreux apostolats en Haïti (comme le bureau national du Service Jésuite des migrants ou le grand séminaire de Notre Dame de Cazeau) ; et Brook Stacey, SJ, a côtoyé des jeunes en tant que professeur de mathématiques, d’éducation physique et de religion au St Paul’s High School à Winnipeg, en plus d’être entraîneur adjoint de l’équipe de lutte. 

Une véritable expérience de la vie jésuite 

Mais pourquoi insérer cette longue période de travail entre les études des jésuites ? Le premier objectif de toute formation dans la Compagnie, explique le père Gilles Mongeau, socius des Jésuites du Canada, est la maturation psycho-spirituelle du jeune jésuite et l’approfondissement de sa correspondance au Christ en mission. C’est un moment pour approfondir sa sagesse, pour apprendre à avoir une compréhension approfondie de la réalité, mais aussi pour se découvrir des dons particuliers.  

La régence est le premier moment où le jeune jésuite a des responsabilités dans la Compagnie de Jésus en tant que membre à temps plein d’une communauté apostolique et d’une œuvre. 

La régence est le premier moment où le jeune jésuite a des responsabilités dans la Compagnie de Jésus en tant que membre à temps plein d’une communauté apostolique et d’une œuvre. Il apprend ainsi à participer pleinement au discernement apostolique en commun. Hendzel, par exemple, a dû participer à un tel discernement pendant la première vague de la COVID, alors que toutes les activités du centre étaient suspendues. De ce discernement est ressorti la proposition d’offrir des retraites en ligne. « Cela s’est avéré une expérience très gratifiante », dit-il. 

Ainsi, cette période de la formation du jésuite permet de mettre en lumière si le jeune jésuite est capable de contribuer à la vie communautaire, explique Mongeau, mais aussi s’il est capable de vivre ce genre de vie. « C’est vraiment le laboratoire du réel. Et à partir de ça, on voit si le jésuite porte fruit pour lui-même et pour l’œuvre, s’il peut apprendre à vivre et à contribuer fraternellement à l’œuvre d’une équipe apostolique. »  

Matt avec la classe de 6e année qu’il a aidée à Kingston

Une véritable rencontre et l’accompagnement des personnes marginalisées sont d’autres objectifs de la régence, comme l’explique George. « Ce qui m’a beaucoup plu dans mon expérience, c’est la rencontre des gens. Autrement dit, les rencontres de groupes témoignent de notre solidarité humaine ainsi que de notre fraternité. L’histoire de chaque réfugié est unique et édifiante. Les visites que j’ai faites aux domiciles des réfugiés m’ont permis aussi de me sentir plus proche d’eux. L’expérience de la régence est une expérience d’apprentissage et d’abandon de soi. À travers la régence, on partage le quotidien des personnes accompagnées. En résumé, on partage leurs joies et leurs peines. » 

« L’expérience de la régence est une expérience d’apprentissage et d’abandon de soi. À travers la régence, on partage le quotidien des personnes accompagnées. En résumé, on partage leurs joies et leurs peines. »  

Hendzel a aussi vécue cette proximité avec les gens : « Qu’il s’agisse de rencontrer des personnes en retraite ou individuellement pour un accompagnement spirituel continu, j’ai toujours trouvé que c’était une grande bénédiction de les accompagner et de partager leur désir de grandir dans une relation toujours plus profonde avec Dieu. J’ai été continuellement surpris de découvrir les façons dont Dieu est présent de manière unique dans la vie de tant de personnes, jeunes et moins jeunes, et de tous les milieux. » 

Les jeunes régents et les jeunes 

L’enseignement est la régence la plus connue des jésuites, même si c’est un peu moins le cas au Canada, selon Mongeau. Là aussi, même si c’est moins apparent à première vue, le régent découvre un véritable accompagnement de personnes marginalisées, qu’elles soient pauvres économiquement ou autrement. Stacey en témoigne : « J’ai adoré l’énergie quand je travaillais dans une école. Il y a tant de choses à faire et tant de vie. Taper dans les mains des élèves dans les couloirs, faire des blagues en classe, tout cela créait un environnement amusant, positif et joyeux. Mais il y avait aussi du temps pour des discussions profondes. Je me souviens d’un jour où un élève est venu me parler de problèmes relationnels auxquels il était confronté. J’ai aimé le fait qu’il se sente suffisamment en sécurité pour évoquer avec moi un sujet aussi personnel. Et j’étais heureux de lui offrir tout l’espoir ou l’encouragement que je pouvais. » 

photo: Oliver Capko, SJ

Si les œuvres ignatiennes où se déroulent les régences varient, cela permet à plusieurs jésuites d’accompagner les jeunes dans la création d’un avenir rempli d’espérance. Cela exige de l’écoute et « une profonde conversion intérieure », comme le souligne le Supérieur général de la Compagnie de Jésus, le père Arturo Sosa.  

Stacey l’a vécu à l’école secondaire, tout comme Guerrier, en Haïti. Ce dernier explique : « L’expérience de régence m’a permis de manière continue de voyager avec les jeunes et d’être transformé par leur créativité, leur enthousiasme et leur foi intense en un avenir rempli d’espoir. Ainsi, je me suis rendu compte que la pratique de l’écoute attentive est essentielle dans le travail avec les jeunes. Au lieu de leur communiquer des formules toutes faites, il est important de prêter attention à leurs histoires, à leurs luttes et à leurs défis, ainsi qu’à leur désir d’avancer sur le chemin de la foi. » 

« L’expérience de régence m’a permis de manière continue de voyager avec les jeunes et d’être transformé par leur créativité, leur enthousiasme et leur foi intense en un avenir rempli d’espoir. » 

En conclusion, cette pause dans les études pour vivre pleinement la vie jésuite permet de faire des ponts entre la théorie et la pratique. « Pendant ma régence, le principe ignatien “une bonne formation pour un meilleur service” est devenu tangible », souligne Guerrier. Stacey ajoute : « Après avoir travaillé dans une école pour la régence, je me sens plus proche des inquiétudes, des peurs, des préoccupations et des espoirs des jeunes. L’apprentissage abstrait que j’avais fait en classe a été ramené sur terre, dans la vie concrète de mes élèves. Mais, plus que mes études et plus que mes capacités, je sens que c’est mon témoignage qui a pu entrer dans le cœur de mes élèves. » La régence est ainsi effectivement un laboratoire du réel.  

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer