Histoires

Wickham Centre

En juillet 2021, deux centres de spiritualité ignatienne basés à Montréal se sont réunis pour former le Centre de spiritualité ignatienne de Montréal (CSIM), œuvre œcuménique bilingue animée par différentes communautés religieuses ignatiennes et par des laïcs. La Villa Saint-Martin et le Wickham Centre (le ci-devant « Ignatian Centre » porte maintenant le nom du jésuite qui a contribué à le mettre sur pied, John Wickham, SJ) ont décidé de joindre leurs forces pour être mieux en mesure d’offrir de la formation et de la direction spirituelle et aussi des retraites à la population de Montréal et des environs. Le père Kevin Kelly, SJ, directeur de la Villa Saint-Martin, madame Reta Desfosses, directrice du Wickham Center ainsi que madame Lynn Barwell, directrice de la formation, expliquent ce qu’est le Centre de spiritualité ignatienne de Montréal et comment il a vu le jour sous la mouvance de l’Esprit Saint.

« Le Centre de spiritualité ignatienne de Montréal est un lieu d’exploration, un facteur de cheminement spirituel, là où Dieu rencontre et oriente chaque personne. » — Kevin Kelly, SJ

Nouvelle Province, nouveau Centre, nouveaux locaux

Qu’est-ce qui a provoqué la fusion de la Villa Saint-Martin et du Centre Wickham? Le père Erik Oland avait cette idée en tête quand on a réuni les deux anciennes provinces jésuites du Canada et qu’il est devenu Provincial des jésuites du Canada. « Le père Oland a commencé à examiner les cas où les anciennes provinces française et anglaise, quoique situées dans la même ville, fonctionnaient séparément, explique le père Kelly. Comment ces apostolats pourraient-ils se réunir ? La Villa Saint-Martin et le Centre Wickham en étaient un exemple. Mme Desfosses avait aussi l’idée de réunir ces deux apostolats. Mme Desfosses est en lien avec le Centre depuis plusieurs dizaines d’années et il y a 20 ans qu’elle dirige cette œuvre gérée par des laïcs. »

De fait, les deux œuvres sont complémentaires puisque le Centre a formé de nombreux directeurs spirituels, en français et en anglais, tandis que la Villa propose des retraites individuelles, mais n’avait plus assez de directeurs et de directrices. « Nous connecter à la Villa et créer une entité où nous pouvons tous travailler ensemble, je pense que c’est un ajustement parfait, déclare Mme Desfosses.

Notre objectif a toujours été de mettre les Exercices spirituels de saint Ignace à la disposition de tout le monde ; la seule différence, c’est que nous allons maintenant travailler avec la Villa pour organiser des retraites avec nos accompagnatrices et nos accompagnateurs spirituels hautement qualifiés. »

Grâce au réseau de directrices et de directeurs spirituels rattachés au CSIM, Mme Desfosses peut maintenant orienter les personnes en quête de direction spirituelle vers des personnes-ressources bien formées et qualifiées pour rendre ce service.

La création du nouveau Centre de spiritualité ignatienne de Montréal entraîne également des déménagements. La Villa Saint-Martin se retrouvera l’an prochain à l’ouest de Pierrefonds, sur l’île de Montréal, dans un centre de retraite nouvellement rénové (et qu’administraient autrefois les Sœurs de Sainte-Croix), tandis que le Centre Wickham dispose maintenant de nouveaux locaux à Côte-des-Neiges, après avoir quitté l’emplacement qu’il occupait depuis 45 ans près de l’école secondaire Loyola. Les nouveaux locaux se trouvent à proximité du centre-ville et de plusieurs des universités montréalaises.

« Nous serons au centre de Montréal, plus facilement accessibles pour une partie de la population que nous desservons », ajoute le père Kelly. La Villa continuera d’offrir des retraites en silence, accompagnées et prêchées, mais à côté du parc-nature du Cap-Saint-Jacques.

L’Ermitage – la future Villa Saint-Martin

Au cœur de la Grande Église

Le rayonnement semble être le mot d’ordre du Centre de spiritualité ignatienne de Montréal. La Villa et le centre Wickham travailleront de concert, mais collaboreront aussi avec d’autres organisations chrétiennes. « Nous entrevoyons que le Centre pourrait offrir un soutien important à l’Église catholique de Montréal et aux diocèses environnants, explique le père Kelly. Le besoin est bien réel; il est essentiel de contribuer au ressourcement du clergé, des agents pastoraux et des communautés religieuses vieillissantes qui n’ont plus toujours les moyens d’organiser leurs propres retraites…

Nous voulons vraiment explorer de nouveaux domaines et repenser la façon dont nous pourrions soutenir la croissance de la spiritualité à Montréal, partout où les gens sont en recherche…

Évidemment, nous ne sommes pas là pour leur dire ce dont ils ont besoin; nous voulons offrir de la formation et des retraites, et aider les groupes à discerner comment ils pourraient tirer parti des services que nous proposons. »

« Nous allons aussi continuer de tendre la main à d’autres communautés croyantes (l’Église anglicane, l’Église unie, etc.). Nous sommes en lien avec elles depuis que le diocèse nous l’a demandé, en 1967 », d’ajouter Mme Desfosses.

Accompagner les jeunes et les personnes marginalisées

Le Centre de spiritualité ignatienne de Montréal vise à toucher non seulement ceux et celles qui connaissent déjà la spiritualité ignatienne, mais toutes les personnes de différentes traditions religieuses ou sans affiliation religieuse. « Une grande partie du travail que nous faisons consiste à aider les gens à comprendre avant tout où Dieu agit dans leur vie, dit le père Kelly. Nous essayons de soutenir la spiritualité en tant que processus de découverte personnelle en utilisant les outils qui sont au cœur de la spiritualité ignatienne. »

Mais le nouveau CSIM aura aussi des programmes qui s’adressent spécifiquement aux personnes marginalisées de Montréal.

« Nous collaborons avec le Service jésuite des réfugiés, explique le père Kelly, afin d’offrir des retraites aux personnes récemment arrivées au Canada. Nous travaillons aussi avec d’autres communautés religieuses et un Autochtone bien introduit dans l’Église catholique de Montréal afin d’offrir à Montréal le Projet de spiritualité ignatienne. Le Projet de spiritualité ignatienne est un programme de retraite destiné aux personnes qui ont connu l’itinérance et la toxicomanie, mais qui ont fait de premiers pas vers la guérison. »

Nous n’oublions pas les jeunes, ajoute le père Kelly. « Pour les jeunes adultes, le Centre a toujours eu des liens avec le Newman Center, et nous allons recommencer à leur offrir plus régulièrement un accompagnement spirituel et des retraites. » Mme Barwell ajoute qu’on souhaite aussi rejoindre les écoles. « Nous travaillons déjà avec l’école secondaire Loyola, qui fait la retraite Kairos à la Villa chaque année, mais nous envisageons d’offrir cette activité à d’autres écoles, et pas nécessairement aux seules écoles catholiques. »

Suivre l’Esprit Saint

« Ça peut sembler aller de soi, souligne Mme Barwell, mais nous nous laisserons guider par l’Esprit Saint.

Nous avons des idées, nous pensons savoir où se trouvent les besoins, mais nous sommes vraiment ouverts à ce qui va se passer… à nous laisser conduire.

Au fur et à mesure que se feront sentir les besoins, nous dirigerons notre barque là où nous discernerons que l’Esprit nous conduit. Nous allons prendre le temps de discerner : ce qui rend la chose encore plus passionnante… »

« Absolument, ajoute Mme Desfosses, nous avons toujours cru que c’est Dieu, l’Esprit Saint, qui conduit le Centre. L’argent, par exemple, ne nous a jamais inquiétés. Parfois, à l’automne, nous pensions ne pas avoir l’argent nécessaire pour ouvrir… et quelqu’un se présentait et nous donnait ce qu’il nous fallait. Avec l’Esprit, nous allons réussir. »

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer