Histoires

Par sœur Clara Soza, AMICO

« Cette école nous fait rêver des choses que nous n’aurions jamais auparavant —Un professeur de Foi et Joie à Canaan. 

photo : Sœurs de l’Amistad Misionera en Cristo Obrero Facebook page

 En 2010, après la tragédie du tremblement de terre qui a dévasté la capitale, les Sœurs de l’Amistad Misionera en Cristo Obrero (Amitié missionnaire dans le Christ ouvrier, AMICO) sont venues se joindre aux nombreuses personnes qui souhaitaient collaborer à l’effort de reconstruction. 

Avec l’association Foi et Joie (Fe y Alegría), les pères jésuites ont alors essayé de mettre en place une communauté éducative dans la commune de Croix-des-Bouquets. C’était un quartier de Port-au-Prince en pleine transformation qui rassemblait des familles déplacées à la suite du séisme. L’endroit était désert. Il y manquait tout de ce qu’il faut pour vivre. Mais c’était mieux que d’errer dans les rues de Port-au-Prince. Pour ces familles, c’était la terre promise, elles lui ont donc donné le nom de Canaan. 

Ainsi a commencé ce rêve de construire ensemble un projet éducatif pour la collectivité de Canaan. Les conditions étaient absolument déplorables avec la poussière, le soleil, aucun arbre pour s’abriter ; on aurait dit le désert. Il n’y avait aucune structure. Mais il y avait l’espoir et le désir d’aller de l’avant ; c’était le plus important à ce moment-là… et il y avait les enfants qui voulaient apprendre. Des enfants comme Mathilda Décius, 19 ans, qui m’a dit que c’est à l’école de Foi et Joie qu’elle a commencé à construire son avenir. 

Il n’y avait aucune structure. Mais il y avait l’espoir et le désir d’aller de l’avant ; c’était le plus important à ce moment-là… et il y avait les enfants qui voulaient apprendre. 

Les débuts furent difficiles, on partait de zéro.  Avec les sœurs, l’association Foi et Joie et la collectivité, nous avons entrepris de mettre sur pied ce projet éducatif pour les plus vulnérables ; un projet porteur d’espoir et gages d’une éducation de qualité. 

photo : Les Jésuites d’Haïti

Gérald Saint Victor Junior, 20 ans, habite à Canaan avec ses parents et ses trois jeunes frères. Pour lui, « dans la région de Canaan, la communauté s’est un peu améliorée. Les enfants ont une manière différente d’agir dans leur région, dans la “foi et joie”. On apprend à respecter les enfants comme les adultes, à regarder notre propre communauté et à partager l’amour les uns pour les autres. On nous apprend aussi à créer pour que nous puissions venir aider notre communauté ». 

Mathilda aussi parle de redonner aux autres, alors qu’elle a dû apprendre à étudier seule, car ses parents n’avaient pas le temps de l’aider. Elle aide désormais son frère et sa sœur à faire leurs devoirs et à étudier grâce aux méthodes enseignées par ses professeurs. Elle ajoute : « Mes professeurs m’apprennent à valoriser ce qui est bon et à créer un espace de confiance pour tous les enfants. » 

Au fil des ans, de grands progrès ont été réalisés grâce à l’appui de nombreuses personnes. Nous avons assuré la formation humaine et chrétienne de la communauté éducative, du personnel de soutien, des parents et des élèves en offrant des ateliers pédagogiques et psychologiques, en organisant des réunions récréatives et en offrant des exercices spirituels. Un membre du personnel à qui j’ai demandé de témoigner de l’importance de Foi et Joie à Canaan a mentionné la présence active des religieux et des religieuses ainsi que de l’assistance des parents, très reconnaissants « vis-à-vis de cette école dans la société ». Mais il reste encore beaucoup à faire. »

photo : Sœurs de l’Amistad Misionera en Cristo Obrero Facebook page

« La présence de notre centre éducatif a eu des répercussions importantes sur la collectivité de Canaan, qui se développe dans tous les domaines. Le personnel du centre se prépare pour continuer à contribuer à la construction d’une société meilleure. Grâce à Foi et Joie, nous ajoutons de nouvelles salles de classe qui améliorent les conditions de vie des enfants. Par exemple, Mathilda explique : « Chaque mois, nous avons un verset, une valeur, un auteur et une pensée à débattre qui feront grandir notre esprit dans la positivité. Il n’y a pas un autre endroit où je peux me sentir aussi bien qu’à lécole, entourée de mes amis, de mes professeurs, des travailleurs et des dirigeants de l’école. » 

Le personnel du centre se prépare pour continuer à contribuer à la construction d’une société meilleure. 

Un ancien de Foi et Joie, et fier de l’être, m’a parlé de son parcours : « J’ai reçu une formation complète à Foi et Joie tant au plan scolaire qu’au plan spirituel. » Ainsi, nos enfants sont devenus des jeunes qui veulent continuer de rêver. Le soutien de Foi et Joie et du Centre de spiritualité a été précieux. Tout cela est possible lorsque chacun y met du sien en cultivant des relations cordiales de proximité et de collaboration. Grâce à l’apport des uns et des autres, nous formons une grande famille. Nous gardons l’espoir et nous sommes convaincus de pouvoir contribuer, ensemble, à former une meilleure personne et à réaliser une meilleure société, où prévalent la justice, l’égalité et l’amour. 

« J’ai reçu une formation complète à Foi et Joie tant au plan scolaire qu’au plan spirituel. » 

On ne peut pas nier que ces temps ont été et continuent d’être difficiles. La violence et d’autres formes d’injustice restent présentes dans le secteur. Nous nous épaulons et nous accompagnons cette collectivité qui veut voir ses enfants grandir heureux et en bonne santé. Et pour leur permettre de profiter de meilleures possibilités que leurs parents n’ont pas eues. Ils veulent offrir un meilleur avenir à la prochaine génération. Pour cela, nous comptons toujours et encore sur l’aide des âmes de bonne volonté. 

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

Soutenir le travail des jésuites en Haïti.

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer