Histoires

Par Eric Clayton

Saint Ignace nous invite à trouver l’Esprit saint de Dieu à l’œuvre en toutes choses. La covid-19 nous a mis au défi de faire exactement cela. Au lieu de trouver Dieu dans une église, nous l’avons trouvé dans nos maisons, sur nos écrans et au sein de notre famille.  

Mais avez-vous déjà pensé trouver Dieu en marchant dans les rues de votre ville? 

photo: Zachary Staines, Unsplash

« Les villes sont grandes et bruyantes, » dit Stephen Noon sj, un jésuite de Grande-Bretagne en formation en théologie au Collège Regis de Toronto. « Nous pensons peut-être qu’il existe des endroits où Dieu n’est pas présent mais, bien sûr, Dieu est présent en tous lieux et en toutes choses et il vient à notre rencontre là où nous sommes. » 

Cette vérité toute simple – que Dieu nous rencontre là où nous sommes – est au cœur des pèlerinages urbains, plus connus sous le nom de retraites dans la rue. 

« Il s’agit d’une expérience où vous trouvez Dieu dans votre vie de tous les jours, » nous dit Consuelo Vasquez, qui a tout à la fois dirigé ces retraites et y a participé dans les rues de Montréal, au Québec. « Dieu est dans les rues que vous parcourez habituellement mais où, trop souvent, vous ne prenez pas le temps de le voir et de le sentir. » 

P. Christian Herwartz, SJ photo par Der wahre Jakob, Août 2019.

L’idée a pris sa source à Berlin, en Allemagne, au milieu des années 1990. Un invité qui cherchait à faire une retraite est arrivé à la communauté jésuite où vivait le père Christian Herwatz sj. Dans le petit appartement jésuite, il y avait peu d’espace offrant une possibilité de silence ou de solitude. Comment son invité pouvait-il vivre une retraite dans ces conditions? Cet invité a surpris les jésuites – il est allé dans les rues de Berlin et y a vécu une expérience profonde. Le père Herwatz s’est alors rendu compte que sa communauté pouvait offrir des retraites – mais pas sous la forme à laquelle on s’attendait. 

Et c’est ainsi que les retraites dans la rue sont nées, changeant des vies partout dans le monde – y compris dans des villes canadiennes. 

La retraite en soi est simple. Les retraitants reçoivent des passages des Écritures sur lesquels réfléchir et prier durant leurs journées.  

Par exemple, à Toronto, les retraitants ont réfléchi sur Mathieu 10, 5-15. Jésus envoie ses disciples sans argent, sans provisions et sans bâton de marche. Ce passage invite les retraitants à se poser des questions importantes sur eux-mêmes.  

« Qu’est que j’ai qui me protège? Mon portefeuille? Mon cellulaire? demande Noon. Avant de partir, vous identifiez ce qui est un fardeau pour vous, et vous faites un choix conscient de le laisser derrière vous. Vous descendez dans la rue sans filet de protection, sans barrière entre vous et le monde. Dans cet état d’esprit, vous êtes ouvert à trouver la présence de Dieu. » 

À Montréal, un passage central des Écritures est celui du livre de l’Exode, chapitre 3 : Moïse rencontre Dieu dans le buisson ardent. 

Pour Élizabeth Lecavalier, aumônière qui œuvre auprès des étudiants avec l’organisme Pouvoir de changer (P2C Étudiants), à Montréal, ce passage continue de porter des fruits.  

« Je venais tout juste de déménager à Montréal parce que je voulais être plus proche du campus », se souvient-elle. « C’est un endroit signifiant pour moi.  Le campus est sur une grande colline au milieu de Montréal, et il y a une immense tour visible des kilomètres à la ronde. 

photo: Jacek Dylag, Unsplash

« Je suis donc allée devant cette tour et j’ai lu une fois de plus le même texte. Et cette fois, je me suis imaginée sur la montagne avec Moïse, devant le buisson ardent. Et j’ai dit à Dieu, « tu m’as appelée ici à Montréal. J’y suis. Et maintenant quoi? Quelle est la prochaine étape? Je n’en suis pas trop sûre. Durant cette retraite, j’ai été capable de tourner mon cœur vers Dieu. » 

« Je me rends compte à travers cette expérience que j’étais habité par de nombreuses peurs », nous dit le père Gabriel Côté sj, directeur des novices à Montréal. « J’ai été tenté de m’arrêter dans les églises pour rencontrer Dieu. C’était très confortable pour moi. Mais j’ai été mis au défi d’aller dans une autre direction : vers les pauvres. Pour moi, cela a commencé quand j’ai entendu la voix des pauvres que Moïse avait entendue. » 

Permettre à l’Esprit de guider votre retraite à travers la cité est fondamental. Il n’y a pas de route prédéterminée. 

« Qu’est-ce qui m’attire dans la ville? demande Noon. Certaines personnes peuvent aller à la gare où il y a beaucoup de mouvements et de nombreuses occasions de rencontre. » 

« L’attitude requise est de mettre de côté toute anxiété, de laisser aller ce qui nous alourdit et de simplement venir tel que nous sommes, » dit Ashley Tran, une étudiante de troisième année en théologie au Collège Regis à Toronto. « Il n’y a pas d’attente; pas de bonnes ou mauvaises réponses. Soyez comme une coupe qu’on vient de vider. Attendez qu’elle se remplisse, ouverte à tout ce qui vient. » 

Lors de la dernière journée, les retraitants sont invités à partager leurs expériences.  

« Je suis toujours surpris de constater à quel point Dieu est personnel ; à quel point il touche chacun dans ses spécificités, dans ses besoins », nous confie Vasquez. 

Les retraites dans la rue permettent de rejoindre une variété de personnes.  

Peinture de saint Ignace de Loyola située dans l’église du Gesù, à Rome, en Italie.

« Je souhaitais adapter notre programme spirituel à des personnes qui n’allaient pas à l’église, mais qui étaient des chercheurs spirituels, dit le père Côté. Cette expérience ouvre la porte, et ils restent fascinés par ce qu’ils découvrent. Et ils disent : “Oh, je veux en faire davantage.” » 

« Les gens ont perdu le langage de Dieu, nous dit Noon. Ils ne sont pas à l’aise avec les espaces religieux traditionnels. Par contre, il y a quelque chose de particulièrement attirant, surtout pour les jeunes, dans cette idée que nous pouvons rencontrer Dieu dans notre propre réalité. Une retraite dans la rue présente moins de barrières et cela convient davantage aux gens. Nous pouvons amener Dieu aux gens d’une manière qu’ils peuvent comprendre et avec laquelle ils peuvent interagir. » 

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer