Histoires

Par Gisèle Turcot, SBC

Les appels à être sage sont restés dans notre mémoire comme un désir de nos parents de nous voir tranquilles et raisonnables. Souhaitaient-ils vraiment nous voir comblés du don de la sagesse que réclamait le roi Salomon pour lui-même et pour mieux conduire son peuple ? On peut en douter. Quoiqu’il en soit, leur parole a laissé une étincelle de lumière sur ce don à demander et à recevoir avec gratitude 

La sagesse est reconnaissable chez quelqu’un qui a une conduite réfléchie, évalue les diverses composantes de la réalité afin d’ajuster son comportement avec intelligence et compassion, et de prendre les décisions qui conviennent. En termes ignatiens, n’est-ce pas ce qui ressemble à l’exercice du discernement ? C’est ce que suggérait le père Adolfo Nicolas, supérieur général de la Compagnie de Jésus, aux membres de la CVX réunis en assemblée mondialei :  

« L’Église a besoin d’une spiritualité qui fait converger la sagesse et la profondeur pour répondre aux besoins d’aujourd’hui. La spiritualité ignatienne nous entraîne à la réflexion et à la méditation, pour discerner ce qui est superficiel et banal de ce qui est profond et réel. C’est l’intérêt de la spiritualité ignatienne de nous entraîner à faire preuve d’esprit critique et à discerner. »  

« C’est l’intérêt de la spiritualité ignatienne de nous entraîner à faire preuve d’esprit critique et à discerner. » 

Nous vivons dans un monde qui sollicite notre attention de multiples façons, où il suffit d’un clic pour ouvrir des horizons à l’infini. Le danger de l’éparpillement nous guette d’autant plus que la nouveauté nous attire. C’est le risque de la dispersion, de l’inattention à ce qui essaie de s’exprimer dans notre être intérieur. 

Comment nous entraîner à être sensibles et à discerner? Quelles que soient les circonstances de nos vies, ce don ne nous sera pas refusé. Des pratiques ignatiennes vont nous mettre en chemin pour cultiver ces dispositions du cœur et de l’esprit qu’Ignace de Loyola a commencé à découvrir à la suite d’un boulet de canon.  

Des pratiques ignatiennes vont nous mettre en chemin pour cultiver ces dispositions du cœur et de l’esprit qu’Ignace de Loyola a commencé à découvrir à la suite d’un boulet de canon. 

Dès le matin, appel à me centrer : l’être que je suis a pour mission d’aimer et de servir son Créateur ; qu’il ne se laisse pas distraire par des banalités ni absorber par des défis redoutables. Dans le recueillement en sa présence, il m’arrive de constater que j’ai envie de fuir ou de négliger mes engagements. Si j’en prends conscience, je demande la grâce d’écarter la tentation de la facilité, c’est un premier pas sur le chemin de la sagesse.  

Au cœur de l’action et des relations de travail, toutes les forces de mon être sont parfois sollicitées. J’entends un appel à modifier des manières de procéder, une invitation à analyser des projets de développement alors que les ressources humaines et financières se font plus rares;  à scruter des relations entre collègues qui suscitent de l’insatisfaction, voire des confrontations qui laissent des traces vives. Chaque situation fait appel à mes capacités à voir clair dans les intérêts en jeu, à dépasser mes appréhensions et à mesurer le potentiel des personnes et de l’organisation. Tout peut être exacerbé par la pression inhérente à la concurrence et à la productivité. N’est-ce pas un lieu pour « s’entraîner à être sensible, à discerner », selon les mots du père Nicolas ?  

Chaque situation fait appel à mes capacités à voir clair dans les intérêts en jeu, à dépasser mes appréhensions et à mesurer le potentiel des personnes et de l’organisation. 

Au soir de telles journées, la pratique ignatienne de la relecture peut devenir une école de sagesse. Puisque, dès le matin, j’ai exprimé mon désir de vivre en présence de Dieu, je commence par essayer de reconnaître les signes de son accompagnement tout au long de la journée. Un alléluia de gratitude et de joie peut jaillir du cœur. Un malaise peut aussi refaire surface ; des questions peuvent surgir : qu’est-ce qui a suscité de telles réactions chez moi et m’a fait perdre mon calme ? Et, surtout, comment cela s’est-il envenimé ? Ignace insiste pour que je retrouve la paix et la consolation. C’est un appel à reconnaître ma vulnérabilité et à rencontrer le Père miséricordieux. Me voilà disposée, comme le roi Salomon, à demander la Sagesseii :  

Donne-moi la Sagesse, assise auprès de Toi ; daigne l’envoyer… Car elle sait tout, comprend tout, guidera mes actes avec prudence, me gardera par sa gloire. Alors mes œuvres te seront agréables, je jugerai ton peuple avec justice… Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé d’en haut ton Esprit saint ? 

En reliant le don de la Sagesse au don de l’Esprit, le roi Salomon a compris que malgré l’attachement de l’ego à son autonomie, le sujet humain ne peut parvenir à la plénitude à moins d’être ouvert à plus grand que soi. Dans une ère de compétitivité et de performance, la sagesse est l’ingrédient féminin capable de créer des ponts entre nos aspirations et la dure réalité, afin que les humains et la planète accèdent à une justice et à une paix durables. 

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer