Curitiba, Brésil, jeudi, 30 janvier, est décédé d’un infarctus à l’âge de 81 ans, le Père jésuite Joao Batista Libanio.

Théologien de la libération brésilien réputé, Libanio enseignait la théologie à la Faculté jésuite d’études supérieures, la FAJE, à Belo Horizonte, il a aussi enseigné à Rome, à Rio de Janeiro, à Sao Leopoldo, non loin de Porto Alegre à la UNISINOS et à Curitiba. Instigateur de la Théologie de la libération, il est l’un de ceux qui va orienter Leonardo Boff sur cette voie lorsque ce dernier revient au Brésil après avoir conclu ses études en Allemagne.

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages et d’autant d’articles scientifiques, Libanio était connu pour la vivacité de son esprit, son analyse de la société brésilienne et de l’Église catholique. Reconnu par tous les académiciens de la Théologie de la libération comme l’un de ses plus éminents porte-paroles, Libanio parlait six langues, en plus du grec et du latin, et avait une expertise théologique immense. Brillant et érudit, il est venu au Québec en octobre 2001. Il a présenté une conférence à la Maison Bellarmin à Montréal par la même occasion.

Il a écrit plusieurs fois dans la revue Relations:

«L’actualité de la théologie de la libération» (2013): http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=3102

«Assemblée d’Aparecida : bilan mitigé» (2007): http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=698

« La justice vue d’Amérique latine» (2005): http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=1192

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles