In Memoriam

FX Johnson est mort le 3 mai à la maison René Goupil, à Pickering. Un des jeunes jésuites à son chevet a commencé à prier le Notre Père; lorsqu’il a entendu le début du Notre Père, FX a levé la tête, puis l’a reposée sur l’oreiller et a rendu son dernier souffle. Il avait 93 ans et était dans sa 68e année de jésuite. FX était le fils de James Johnson et d’Agnes Cussir. Après ses études à St. Michael’s de Toronto et quatre ans au Ontario Agricultural College à Guelph, il entra dans la Compagnie de Jésus le 7 septembre 1952. Après le noviciat et le juniorat, il se rendit en 1956 à Toronto pour suivre pendant deux ans des cours de philosophie au séminaire des jésuites. Il fit une troisième année de philosophie à Mount St. Michael’s à Spokane. Sa régence de trois ans eut lieu à l’école secondaire Campion à Regina. Il retourna ensuite à Toronto pour faire sa théologie au Regis College de Willowdale, en Ontario.

Après son ordination en 1965, FX fit des études supérieures à Saint-Jérôme, au Québec. Il a été très assidu dans l’apprentissage du français pendant cette période. FX passa une grande partie de sa vie de jésuite à se déplacer d’une affectation à l’autre, soit comme enseignant, soit comme aumônier d’hôpital, soit comme prêtre aidant dans les paroisses – à Toronto, Montréal, St. John’s, Port Arthur, Willowdale, Californie, dans le nord de l’Ontario, et dans divers endroits en Colombie-Britannique. En 1988, FX s’installa à Toronto, habitant à Hevey House et apportant son aide dans diverses paroisses diocésaines. Lorsque cette maison ferma en 1996, FX s’installa dans un appartement à Scarborough et a continué à exercer son ministère pastoral.

FX (il aimait bien qu’on l’appelle FX, mais jamais Frank) était très pointilleux sur les règles, les rubriques, les formalités juridiques et ecclésiales. Il possédait une personnalité combative et était un écrivain invétéré pour les publications catholiques, pour les Pères Provinciaux et même pour les chancelleries. Il déplorait l’attitude facile de l’Église post-Vatican II, corrigeant sans crainte les fonctionnaires pour leur interprétation laxiste ou apparemment erronée des règles. Il ne se détournait jamais de la défense de la vérité telle qu’il la voyait. Il portait fièrement ses vêtements d’ecclésiastique et se rendait toujours disponible pour certains des mouvements traditionnels de l’Église. Il était un aumônier très apprécié

de l’apostolat eucharistique de Kolbe, dirigeant des mini retraites pour eux chaque mois. FX était très proche de sa soeur, Soeur Josephine Johnson, CPS (Missionary Sisters of the Precious Blood), qui est morte 4 ans avant lui. Et il avait aussi des amis très fidèles qui sont restés en contact étroit avec lui jusqu’à la fin.

FX appréciait les réunions de la province, qui lui donnaient l’occasion d’entrer en contact avec de nombreuses personnes, puisqu’il avait mené une vie solitaire pendant longtemps. Il s’intéressait vivement aux diverses activités de la Province. Cet intérêt lui permettait de porter des jugements, pour et contre.

Après une chute qui lui a endommagé la hanche, FX s’installa à l’infirmerie de Pickering à l’été 2013. Ses dernières années à Pickering ont été plutôt calmes, car le feu intérieur qui l’avait propulsé pendant des décennies s’était éteint. Il priait beaucoup, écoutait des documentaires animaliers à la télévision et passait des heures à regarder les poissons de l’aquarium qu’il avait dans sa chambre. Avec l’âge, certains d’entre nous deviennent plus irritables, mais avec FX, c’était exactement le contraire. À la maison René Goupil, il était paisible, intéressé par tout ce qui se passait, posant des questions pour clarifier les informations, et d’une manière très calme et parfois même silencieuse, il était chaleureux et amical. FX avait un sens de l’humour ironique. Il était amusant à taquiner, car il préférait généralement ne pas répondre avec des mots, mais avec une expression faciale plus claire que n’importe quel émoji.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer