Histoires

Par Gilles Mongeau, SJ

Le 15 août dernier, l’infirmerie jésuite de Pickering, dans l’Ontario, a célébré son 50e anniversaire. C’est le 15 août 1970 qu’une infirmerie jésuite a ouvert pour la première fois au Regis College de Willowdale, sous la direction du frère John Olney SJ. Six ans plus tard, l’infirmerie a été déplacée à Saint Catharines, Ontario, où elle a résidé pendant quatre ans. Depuis quarante ans, elle est installée à Pickering, sur le terrain du Manresa Spiritual Centre. 321 jésuites ont été soignés au cours des cinquante années d’existence de l’infirmerie ; mais plus encore, ces mêmes 321 jésuites – avec les jésuites de l’infirmerie de Richelieu, au Québec, et son précurseur à Saint-Jérôme – ont reçu la mission du supérieur provincial orat pro Societate et Ecclesiae, «de prier pour la Compagnie de Jésus et l’Église».

Saint Ignace attachait une grande importance à ce ministère de prière. Il figure en deuxième position dans les moyens dont dispose la Compagnie pour participer à la mission du Christ, juste après le témoignage authentique de la vie personnelle d’un jésuite : «De même, le prochain est aidé par des désirs en présence de Dieu notre Seigneur et par des prières pour toute l’Église…. Ils doivent aussi prier pour les amis et les bienfaiteurs, vivants et morts, que ceux-ci demandent ou non ces prières ; et de même pour ceux pour lesquels ils œuvrent, avec les autres membres de la Compagnie, en divers lieux parmi les croyants ou les non-croyants, afin que Dieu les dispose tous à recevoir sa grâce par les faibles instruments de cette petite Compagnie».

Le père Erik Oland, supérieur provincial des Jésuites du Canada, est tout aussi certain de l’importance de ce ministère des Jésuites dans nos infirmeries : «Cela suscite en moi une grande confiance dans l’aide de Dieu, lorsque j’essaie de prendre une décision importante, de savoir que ces jésuites prient avec moi ; j’ai fait l’expérience de l’importance de la prière quotidienne pour moi des jésuites dans nos infirmeries.» À deux reprises au moins, le père Oland a demandé aux jésuites des deux infirmeries de prier pour les besoins spécifiques de la province dans des périodes difficiles.

Bryan Manning, un novice jésuite qui a travaillé à l’infirmerie de Pickering lors de la récente épidémie de COVID-19, déclare : «Je vois ce ministère de prière comme une intensification de la mission du jésuite ; ces ‘grands maîtres’ de la prière ont travaillé avec nous dans nos efforts pour prendre soin d’eux. Il y avait une réelle et mutuelle collaboration en matière de soins.» Marc-André Veselovsky, un autre des jeunes jésuites envoyés à l’infirmerie au printemps dernier, est d’accord : «Il est beau de voir que ces hommes qui vivent avec des limitations sont néanmoins toujours généreux, quel que soit leur état de santé physique, avec une vraie grandeur d’âme jésuite qui ne cesse de nous aider à aider les âmes.»  Adam Pittman ajoute : «Pendant qu’ils vivaient avec COVID-19, ces hommes étaient en isolement… Imaginez vivre à quelques pas de votre frère… Et ne pas pouvoir s’approcher pour lui dire au revoir. Mais ils priaient pour l’autre de la plus belle des manières. Ils sont restés fidèles à leur mission, même dans la douleur et l’isolement.»

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer