Histoires

Par Elise Gower 

Dans un monde encore ébranlé par la COVID-19, alors que les structures sociétales profondes du racisme et les injustices ont été révélées, et au milieu de la violence et des menaces de guerre, où peut-on trouver l’espérance? À Los Angeles, en Californie, Homeboy Industries – le plus large programme au monde d’intervention, de réadaptation et de réintégration auprès des membres de gangs – est un lieu sacré d’espérance. 

La parenté en action

« L’espérance émerge de l’existence d’un système de soutien », dit Molly Hunt, une ancienne volontaire jésuite. « Homeboy crée une communauté de soutien qui permet aux gens d’espérer. » Mme Hunt, qui a travaillé au département de développement de Homeboy après son passage dans le Jesuit Volonteer Corps, décrit l’action de la mission de Homeboy comme étant un travail révolutionnaire. Elle met en lumière l’approche profondément radicale offrant compassion et appui financier pendant que les individus reconstruisent leurs vies. « Les stagiaires sont payés pour aller en thérapie, pour faire la gestion de la colère, pour la recherche de logement, pour trouver des services de garde d’enfants… » 

« Homeboy crée une communauté de soutien qui permet aux gens d’espérer. »

Le père Greg Boyle, le fondateur de Homeboy Industries explique : « À Homeboy, nous offrons le même ensemble de services que plusieurs programmes. Mais tout cela est secondaire pour une culture qui chérit et protège les personnes. Homeboy est un sanctuaire pour les membres des gangs. » 

L’espoir s’étend au-delà des portes de l’organisation. C’est le fait de chérir une autre personne qui permet de pallier l’absence d’espérance. Mme Hunt dépeint les tournées de la communauté au cours desquelles les stagiaires sont capables de raconter et de s’approprier leurs histoires. Il s’agit d’un pont relationnel entre éducation et responsabilisation alors que les personnes de la communauté extérieure « découvrent l’espoir et la rédemption qui font partie de ces histoires difficiles ». L’auteur de chaque histoire devient alors une lueur d’espoir. 

Le père Greg décrit une « communauté d’appartenance pour des bien-aimés ». Il affirme que « si c’est vrai (et ce l’est) que les personnes traumatisées sont à même d’être la cause de traumatismes, c’est également vrai que ceux qui sont chéris trouveront le chemin vers la joie de se chérir eux-mêmes ainsi que les autres. Les systèmes changent quand les gens changent. Les personnes changent quand elles sont chéries. » 

Fondateur, Greg Boyle : Les cinq résultats clés de l’organisation sont les suivants : 1) réduire la récidive, 2) réduire la toxicomanie, 3) améliorer les liens sociaux, 4) améliorer la sécurité et la stabilité du logement, et 5) réunir les familles.

Caitlin Mollahan, une ancienne étudiante de l’Université de Scranton, a appris l’espoir à Homeboy en « réfléchissant sur l’appartenance à une famille dans les décisions qui affectent les autres, et faisant en sorte que le sentiment de parenté devienne systémique ».  

L’espérance de Homeboy va au-delà des frontières géographiques de Los Angeles. À Yap, en Micronésie, les étudiants de dernière année de Yap Catholic High School (YCHS) lisent le livre du père Greg, Tattoos on the Heart: Power of Boundless Compassion. Michael Wiencek, le directeur de l’école, apporte dans sa classe l’expérience qu’il a eue à Homeboy alors qu’il était étudiant. Pour ses jeunes de sa classe, un avenir rempli d’espérance consiste à « avoir des relations interpersonnelles au sein de sa communauté et à reconnaître que tu offres les mêmes chances à tous. C’est comme si tous les jours, nous avions tous la mentalité de nous réveiller et de tenter d’être toujours meilleurs que le jour d’avant, et de vouloir aider les autres à être le meilleur d’eux-mêmes. » 

En janvier 2012, alors qu’il participait à la première immersion de l’Université de Scranton dans le programme Homeboy Industries, Wiencek a découvert la possibilité pour les étudiants ayant fini leur secondaire d’être bénévole pour appuyer l’ouverture de YCHS. Son discernement a commencé à Skid Row, une frontière physique centralisant la pauvreté à Los Angeles. Alors qu’il supervisait une nouvelle construction le long des périmètres, il se souvient d’avoir regardé autour alors qu’il passait en voiture, et d’avoir pensé : « Il y a quelqu’un au 40e étage de cet immeuble en train de se dire : “Je ne peux pas croire que je doive regarder cela.” » C’est un contraste par rapport à ce que les gens voient à Homeboy – la dignité inhérente de chaque personne. Cette leçon a amené Michael à Yap. Aujourd’hui, il offre le même message d’espoir et d’amour à ses étudiants : « Nous croyons en toi. » 

Ensemble, les jeunes gens créent un avenir rempli d’espérance qui transpire jusque dans les relations et les systèmes. Molly Hunt étudie actuellement les politiques publiques à UCLA. Un de ses collègues est étudiant au baccalauréat à UCLA et ancien participant de Homeboy. « Les organisations sans but lucratif aident à contourner les obstacles quand cela est possible. » Elle aimerait bien déconstruire les systèmes « afin qu’un jour, Homeboy n’ait plus besoin d’exister ». 

Le personnel de Homeboy Electronics Recycling : Un emploi est proposé à plus de 180 hommes et femmes dans le cadre d’un programme réfléchi et stratégique de 18 mois qui se concentre sur la guérison tout autant que sur le développement de compétences professionnelles.

Mollahan, une ergothérapeute, se rappelle la distinction qu’un stagiaire a faite entre sa vie et celle des étudiants en visite. « Votre norme, c’est de grandir, d’aller au collège et d’avoir une carrière. Nous n’espérons pas aller au collège. Nous nous attendons à aller en prison. » Avec Homeboy, de nouvelles portes s’ouvrent chaque jour pour les stagiaires. Mollahan met à profit son éducation pour ouvrir des portes à ses patients : elle le fait en étant à l’écoute de l’expérience personnelle et unique de chaque personne – une habileté qu’elle a apprise à Los Angeles. L’écoute est la pierre angulaire de l’espérance. 

« Votre norme, c’est de grandir, d’aller au collège et d’avoir une carrière. Nous n’espérons pas aller au collège. Nous nous attendons à aller en prison. » Avec Homeboy, de nouvelles portes s’ouvrent chaque jour pour les stagiaires. 

« Ignace, dans son journal spirituel, mentionne pour la première fois, le 27 février 1544, le mot acatamiento. Cela signifie de regarder les choses avec attention. Cela se traduit par “admiration affecteuse”. Ignace avait l’intention que cela devienne une façon d’être dans le monde », dit le père Greg. « Homeboy Industries se tient debout auprès de ceux et celles que l’on démonise pour que la démonisation s’arrête. Il se tient debout auprès de ceux et celles qu’on rejette, afin qu’un jour on cesse de rejeter et d’exclure des personnes. Il choisit “l’admiration affectueuse” devant ce que les pauvres portent et endurent plutôt que de juger les façons qu’ils utilisent pour le faire. C’est une attitude particulièrement ignatienne… qui trouve Dieu en chacun et en toutes choses. » Espérance. 

« Homeboy Industries se tient debout auprès de ceux et celles que l’on démonise pour que la démonisation s’arrête. »

Cet article fait partie de notre tout nouveau magazine.

Abonnez-vous pour recevoir nos plus récents contenus.

 

Retour haut de page

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez des nouvelles jésuites chaque semaine ainsi que d’autres ressources via votre courriel!
Tweetez
Partagez
Enregistrer