Ces derniers jours, des médias canadiens ont publié la correspondance entre le père Ismael Moreno, SJ, directeur de la Fondation ERIC et de Radio Progreso au Honduras, d’une part, et la CECC et l’Organisation catholique canadienne pour le Développement et la Paix, d’autre part. Nous intervenons publiquement à la fois parce que la presse a divulgué l’information et parce que la sécurité de nos frères et soeurs au Honduras nous inquiète profondément. Nous considérons d’ailleurs que la situation du père Moreno est d’intérêt public, puisque l’argent recueilli chaque année par l’OCCDP provient de milliers de fidèles de paroisses partout à travers le Canada.

En février 2019, nous avons appris la suspension temporaire de subventions importantes destinées à 52 partenaires de Développement et Paix dans le cadre d’une enquête menée par le personnel de la CECC, en attendant qu’on eût vérifié la conformité de ces partenaires avec l’enseignement social et moral de l’Église. Nous avons été surpris de trouver dans la liste des organismes touchés la Fondation ERIC/Radio Progreso au Honduras, que dirige notre collègue jésuite lsmael Moreno.

Le père Ismael Moreno (Padre Melo) est membre de la province jésuite d’Amérique centrale. Profondément ancré dans les valeurs évangéliques et motivé par sa foi chrétienne, Padre Melo consacre sa vie à la défense des droits fondamentaux des personnes les plus marginalisées et les plus vulnérables dans son pays natal. Son travail a été reconnu internationalement par l’Église et par des organisations civiles.

Grâce à ERIC et à Radio Progreso, Padre Melo et son équipe cherchent également à comprendre en profondeur les causes économiques, politiques et sociales des graves injustices qui affectent le Honduras et à dénoncer ceux qui en sont responsables.

Le travail de Padre Melo et de son équipe a entraîné pour eux de graves conséquences : ils ont reçu d’innombrables menaces de mort, à tel point qu’il est lui-même actuellement sous la protection de la police. Des membres de son équipe et de proches collaborateurs ont payé leur engagement de leur vie.

L’information dont nous disposons au sujet des conclusions de la recherche faite par la CECC en 2018 sur les partenaires de D&P nous préoccupe au plus haut point. Nous espérons que les critères utilisés dans le processus d’examen en cours s’inspirent d’une interprétation complète de l’enseignement social de l’Église et de sa défense de la vie dans toutes ses dimensions, à chacune de ses étapes et dans toute sa diversité, sans oublier la dénonciation de la pauvreté comme affront à la dignité des femmes et des hommes, la promotion de la paix, la protection des droits de la personne et la sauvegarde de l’environnement.

Depuis quelques années, le pape François aide l’Église à sortir de l’impasse d’une conception trop étroite de la défense de la vie. Il nous l’a rappelé, nous devons retrouver la conscience forte d’un discernement prudent et miséricordieux, une évaluation sage et patiente qui s’impose lorsqu’il s’agit d’appliquer la doctrine morale universelle de l’Église à des cas particuliers.

C’est ce que veut dire Padre Melo quand il écrit qu’il faut distinguer d’une part les opinions des personnes qui s’expriment en ondes comme à Radio Progreso, et d’autre part les orientations éditoriales, les options fondamentales de l’oeuvre ainsi que les convictions de ses responsables.

Dans une société hondurienne où les institutions civiques se sont effondrées, où il faut rebâtir les relations sociales et où la violence est devenue la règle de droit, la ligne éditoriale de Radio Progreso et d’ERIC cherche à créer les conditions pour que se fassent entendre les voix de la société civile et pour que se reconstruise la vie politique; elle cherche aussi à ouvrir un espace, dans cette conversation sociale et citoyenne, à la participation des plus pauvres. Il est inévitable dès lors qu’on entende des voix qui se conforment en grande partie avec l’enseignement social de l’Église, mais qui ne sont pas entièrement en accord avec chacun de ses aspects. Pour que cette mission au service de la reconstruction de la société civile réussisse, la censure basée sur une interprétation étroite d’une partie de l’enseignement général de l’Église est d’autant plus dangereuse précisément parce qu’elle exclut des acteurs importants de la société civile.

Dans un tel contexte, il faut faire confiance à la force du débat social. C’est la mission de la Fondation ERIC et de Radio Progreso de défendre la vie dans toutes ses dimensions, à chacune de ses étapes et dans toutes les situations. Les textes relevés dans l’examen de janvier 2018 et soumis à Padre Melo ne représentent ni le caractère essentiel de leur travail ni la grande majorité du contenu de leurs publications.

Nous tenons à redire aux responsables de l’Église canadienne et à la direction de Développement et Paix la confiance que nous avons en notre collègue lsmael Moreno et dans les oeuvres jésuites concernées. Nous savons que l’engagement de Padre Melo et de nos collaborateurs laïcs est difficile à soutenir dans le contexte actuel au Honduras et qu’ils font souvent l’objet de menaces de mort. Nous craignons qu’avec les allégations qui circulent actuellement, la perte de l’appui de certains groupes et de certains responsables de notre Église n’aggrave encore le danger auquel ils sont exposés.

Nous comprenons que l’OCCDP doit faire preuve d’une diligence raisonnable lorsqu’il appuie ses partenaires à l’étranger ; là encore, il s’agit de bien discerner. Depuis plus de 50 ans, le travail de l’OCCDP témoigne de son engagement envers l’Église et envers les plus marginalisés dans leur lutte pour la dignité. Nous espérons que l’OCCDP et les évêques canadiens continueront de soutenir nos frères et soeurs dans le besoin, et qu’ils le feront dans la clarté et la transparence, avec le plus grand respect, en replaçant les enjeux dans leur contexte, et sous le signe de la charité chrétienne dont ils font preuve depuis des décennies. Nous espérons que les critères, le processus d’examen et ses conclusions seront objectifs et surtout qu’ils refléteront l’idéal de miséricorde et de justice auquel nous appelle l’Évangile.

Comme ils l’ont fait jusqu’ici par l’entremise de Canadian Jesuits International, les jésuites du Canada vont continuer d’appuyer le travail de la Fondation ERIC et de Radio Progreso. Nous savons combien la solidarité et le soutien financier de nombreuses autres organisations internationales sont essentiels à la réalisation de leur mission. En cette année où Développement et Paix se consacre de façon particulière au problème des migrations et alors que nous sommes tous témoins de la tragédie des caravanes de migrants centraméricains, qui proviennent principalement du Honduras, nous sommes convaincus qu’il faut soutenir le travail de Padre Melo et de son équipe en faveur des droits de la personne.

Enfin, nous offrons les fruits de l’expérience et de la recherche de nos centres internationaux et de nos centres sociaux ici, au Canada, pour aider à résoudre cette situation troublante.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.