La province jésuite du Canada, en collaboration avec la conférence jésuite du Canada et des États-Unis, participe en ce moment à la planification d’une formation jésuite renouvelée. Ainsi, les nouveaux jésuites de la jeune province auront une formation où les différents éléments de l’apprentissage seront encore plus intégrés pour mieux répondre aux missions de la Compagnie et aux préférences apostoliques universelles.

Les études dans la Compagnie ont une fin apostolique, elles visent à mieux servir la mission que Dieu confie à la Compagnie et à chaque jésuite. La formation des jésuites, détaillée par saint Ignace de Loyola lui-même, est parfois actualisée, comme en ce moment. Gilles Mongeau, SJ, qui collabore à la modernisation 2.0 de cette formation au sein de la Conférence jésuite du Canada et des États-Unis, nous a aidés à en comprendre les détails.

La formation 2.0 en Amérique du Nord

En 2014, le P. Adolfo Nicolás, alors Supérieur général de la Compagnie de Jésus, publia une lettre appelant à renouveler et réviser la formation intellectuelle des scolastiques et des frères jésuites. Les sept conférences jésuites se sont alors attablées pour adapter les lignes directrices du Supérieur à leur propre réalité. En Amérique du Nord, les représentants des différences provinces jésuites ont commencé en 2015 une étude approfondie en trois phrases pour comprendre ce qui fonctionnait, et ce qu’il fallait améliorer, dans la formation des jeunes jésuites. Tous les acteurs importants (responsables de la formation, jésuites en formations, collègues et amis impliqués) ont été consultés deux fois avant que les résultats de ces échanges soient dûment analysés par un petit groupe de personnes, dont le P. Gilles Mongeau.

P. Adolfo Nicolás, SJ au Sanctuaire des Martyrs

On a découvert que dans ses éléments essentiels, notre formation se passe plutôt bien même en considérant les changements demandés par le P. Nicolás, mais on a 11 recommandations sur lesquelles il faut agir. Il faut donc repenser la formation, surtout aux premières études, et faire quelques changements à la théologie. En effet, on comprend mieux désormais que la théologie permet de comprendre d’un côté le contexte de la mission et de l’autre d’approfondir le contenu de la foi pour former au leadership dans l’Église.

De ces 11 recommandations, on a tiré 4 directives importantes pour les premières études:

  1. Des études intellectuelles bien intégrées où toutes les disciplines se parlent (un mélange qui constitue un engagement vers la réalité);
  2. Un approfondissement spirituel;
  3. La création de communautés qui seraient aussi des environnements de collaboration intellectuels (pour que les scolastiques puissent aussi avoir une collaboration intellectuelle dans leur vie communautaire);
  4. Une présence réelle et intime au monde des pauvres et des marginalisés où les jésuites se sentent confortables dans une amitié avec personnes marginalisées, pour être présents dans leur monde et les laisser être présents dans notre monde.

Le P. Mongeau donne un exemple des changements qui pourraient se faire, selon sa propre expérience.

Quand j’étais supérieur du Cardoner House à Toronto, j’ai commencé à envoyer tous les jésuites scolastiques à la paroisse au lieu de leur donner un apostolat individuel. Et de là, ils allaient travailler en groupe de deux, par exemple à une soupe populaire. De plus, une fois par mois, nous faisions un discernement communautaire ensemble:  qu’est-ce qu’on a appris du contexte dans l’apostolat, les questions que cela soulève, comment les études peuvent permettre de répondre à ces questions… Par exemple, nous avons pu découvrir ensemble qu’il y avait une vraie pauvreté dans notre quartier, mais cachée, comme des personnes âgées qui ont une maison, mais pas un sou. Ce travail entre les scolastiques qui ont œuvré ensemble a créé le sentiment que la communauté était un lieu d’apprentissage, d’approfondissement spirituel en commun. Nous avons réussi à intégrer les dimensions corporative, intellectuelle, sociale et spirituelle. Et à créer un fort sentiment de communauté.

Plusieurs éléments de la formation 2.0 sont déjà en place, mais sa mise en œuvre complète pour les premières études est prévue pour septembre 2020. À ce moment, il y aura d’ailleurs un programme de première année des premières études à Québec, en français! Les trois autres sites sont aux États-Unis ou à Paris.

Charisme, contexte, contenu et compétence : les «4C» au cœur de la nouvelle formation de la Compagnie de Jésus

Les jésuites doivent passer à travers de cinq étapes pour compléter leur formation. La formation 2.0, telle que révisée selon la lettre du P. Nicolás, met de l’avant quatre éléments essentiels intégrés au sein de chacune de ces étapes et sur lesquels la croissance des jésuites sera évaluée dans ses dimensions spirituelles, intellectuelles et sociales. Tous les éléments sont présents en tout temps au travers de la formation, mais un en particulier guide les autres à chaque étape.

Ces éléments sont les «4C». D’abord bien comprendre le contexte de la mission, afin d’apprécier la complexité de la situation humaine, d’analyser les structures et les évolutions dans la société et la culture, de comprendre comment les différents penseurs et cultures ont cherché à répondre aux questions et aux dimensions fondamentales de l’existence humaine et sociale et enfin, d’acquérir une méthodologie afin de réfléchir continuellement aux contextes changeant de la mission.

Ensuite, creuser et explorer le contenu de la foi, ce qui comprend l’étude de la Parole de Dieu, l’interprétation systématique de la manière dont les mystères de la foi sont liés les uns aux autres (ainsi qu’à l’existence humaine et à l’histoire) et le dialogue avec les autres communautés ecclésiales, les diverses traditions religieuses et le monde séculier.

Le troisième «C» représente les compétences ministérielles, entre autres les ministères de la Parole (prédication, communication sociale), des Sacrements (célébrations et liturgie), de l’intériorité (accompagnement spirituel, pastorale), du leadership ignatien ou encore de la collaboration.

Enfin, la dernière compétence est l’approfondissement personnel du charisme jésuite, ce qui inclut notamment l’étude de l’histoire des jésuites, une lecture des documents fondamentaux de la Compagnie et de ses grands penseurs ainsi qu’une réflexion théologique sur les éléments de l’identité de la Compagnie et de sa manière de procéder.

Entre intériorité et ouverture

Le fruit des études et l’acquisition des quatre éléments de compétences doivent être intégrés au discernement personnel et apostolique. La nouvelle formation jésuite, ancrée dans les «4C», permet donc d’obtenir une bonne tension entre l’appropriation critique de la tradition jésuite, la rigueur, la responsabilité personnelle avec une ouverture et une humble attention à l’Autre, la réflexion continue et la collaboration avec d’autres. Bref, une tension qui permet aux jésuites «d’accroître leur capacité à remplir la mission de la Compagnie de Jésus aujourd’hui: le service de la foi, la promotion de la justice, le dialogue avec les autres cultures et religions», selon la lettre P. Nicolás, en plus, désormais, d’intégrer le cheminement selon les quatre préférences apostoliques universelles.

Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.