Depuis plus de trois ans, une démarche de discernement communautaire a été réalisée au sein de la Province jésuite du Canada français. Amorcée lors de la retraite des Jésuites de St-Michel à l’été 2011, elle s’est poursuivie au fil des Journées de province annuelles, du Rassemblement biprovincial d’apostolat social de juin 2013, de la retraite de discernement de Barkmere à l’été 2013 et de deux tournées de rencontres dans les communautés et les œuvres. Au cœur de cette démarche, nous nous sentons dynamisés par la vision apostolique qui s’est dégagée:

À l’écoute du Souffle de vie au cœur du monde,
osons servir la libération des personnes et la réconciliation
à la manière de Jésus humble et pauvre.
(vision apostolique, août 2013)

Lors de la Journée de Province du 29 novembre 2013, les personnes présentes se sont collectivement appropriées cette vision apostolique et elles ont discuté d’un document de travail sur des orientations afin d’en assurer la cohérence ainsi que la pertinence pour la suite de l’engagement apostolique de la Province.

Tout au long du processus de discernement, la finalité de la démarche a évolué. Certaines attentes de départ visaient l’élaboration d’un plan apostolique très précis et des décisions concrètes sur l’avenir des œuvres.

Les étapes franchies ont accentué l’importance d’acquérir une pratique de discernement communautaire continue, de créer un Corps apostolique en mouvement et d’offrir des balises pour permettre que les décisions à prendre par chaque instance de la Province soient animées par une vision partagée et une dynamique renouvelée.

Le Comité d’appui au discernement (CAD) a donc privilégié, pour le moment, de proposer un document d’orientation apostolique plutôt qu’un plan apostolique et de permettre que se poursuive l’appropriation, par le plus grand nombre, de la dynamique insufflée dans la Province.

Il est aussi important de rappeler la volonté commune que l’information sur les expériences vécues dans le cadre de chaque étape de discernement puisse continuer de circuler dans l’ensemble du Corps apostolique (communautés et œuvres) et nourrir la réflexion collective.

Rappel du contexte

Dans la foulée de la 35e Congrégation générale de la Compagnie de Jésus, le Père général a rappelé à plusieurs reprises l’importance de faire une réflexion et une évaluation des structures et des œuvres en vue d’un meilleur service à la mission. Ces démarches sont particulièrement importantes si la Compagnie veut conserver un engagement apostolique signifiant dans un monde qui se transforme de plus en plus rapidement et dont les enjeux se complexifient.

Dans une lettre du 15 novembre 2013, concernant la commémoration en 2014 du deuxième centenaire du rétablissement de la Compagnie, le Père général invitait tous les Jésuites et leurs collaborateurs à vivre cet événement comme un « temps de renouveau apostolique et spirituel » dans un esprit de « fidélité créatrice ». Et plus récemment, dans sa lettre de janvier 2014 à tous les supérieurs majeurs, il indiquait qu’il « était tout à fait décisif que chaque Conférence, Province et Région entreprenne ou continue, le cas échéant, le discernement sur les œuvres et sur leur relation au Projet Apostolique local, en définissant les objectifs, les priorités et les ressources du service que les œuvres offrent à la missio Dei ».

Au niveau de notre Province, cette invitation à revoir les structures et à discerner les meilleures façons de réaliser la mission s’inscrit dans une démarche pour faire évoluer vers une seule entité les structures des deux provinces canadiennes. La lettre de février 2014, que les Provinciaux ont fait parvenir aux jésuites et aux collaborateurs des deux Provinces, indique une volonté de ne former qu’une seule Province d’ici 2018 « avec des aménagements qui permettront un gouvernement efficace en vue de la mission ». Cette démarche implique donc de redéfinir les rapports entre les territoires de cette future Province.

Comme l’ont rappelé les Provinciaux dans cette lettre, la question de l’appartenance de la Province à une conférence nord-américaine fait aussi partie des décisions que devra prendre le Père général prochainement.

Des processus de discernement sont donc en cours en Haïti et au Canada anglais, même si les démarches retenues sont légèrement différentes de celle vécue au Canada français.

Instances et niveaux de décision

Le processus de discernement dans la Province du Canada français implique toutes les instances (administration provinciale, communautés et œuvres) et toutes les personnes. Ces dernières sont toutes invitées à faire une réflexion sur leurs engagements à la lumière de l’énoncé de vision et à donner suite aux orientations qui s’appliquent au mandat qui leur est confié.

Plusieurs comités (Consulte, Table des supérieurs, Table des directrices et directeurs, Commission d’apostolat social, Comité Migrations, Comité des dons et le Comité d’appui au discernement, …) existent ou ont été créés plus récemment pour permettre un renforcement du Corps apostolique. Ces instances contribuent aussi, selon leur mandat, au processus de discernement.

Par ailleurs, tout en favorisant une large participation des Jésuites et des collaborateurs au processus, certains discernements et certaines décisions doivent être réalisés par l’instance la mieux à même de les faire. Par contre, dans tous les cas où cela est réalisable, une consultation est privilégiée et l’information pertinente doit être communiquée à l’ensemble de la Province.

La posture

Le processus de discernement nous a permis aussi de mieux nommer la posture fondamentale qui doit caractériser l’engagement de toutes les composantes de la Province. Cette posture plonge ses racines dans la spiritualité ignatienne et dans la manière de procéder propre à la Compagnie de Jésus qui découle de cette spiritualité.

La vision apostolique nous invite à enrichir cette posture d’une fidélité « à la manière de Jésus humble et pauvre», manière qui peut être significative pour toutes les personnes œuvrant au sein de la Province, quelle que soit la base convictionnelle de leur engagement, et que l’on soit Jésuites ou non Jésuites.

Enfin, pour toutes et tous, la posture s’accompagne d’une inscription dans la foulée de l’héritage d’Ignace de Loyola, de l’histoire de la Province et de celle de chaque œuvre. Elle est aussi façonnée par le contexte particulier d’une sécularisation forte et rapide qu’a vécu la société québécoise et l’expérience d’une Église qui a été contrainte à plus d’humilité dans son rôle et ses interventions.

Les orientations

La démarche de discernement, lors de la retraite de Barkmere et de la Journée de Province du 29 novembre 2013, a permis de dégager quatre orientations générales (mission, création du Corps apostolique, formation et communication).

Des orientations spécifiques aident à la compréhension et à l’appropriation de chacune d’entre elles. Il appartient à chaque instance de la Province de trouver les moyens de les mettre en œuvre.

1) Mission

Notre relation avec les autres

1.1 Développer une plus grande proximité avec les personnes marginalisées, les jeunes et les personnes représentant la diversité culturelle, en favorisant des rencontres réelles avec elles.

1.2 Favoriser un accompagnement qui permet de prendre soin des personnes dans le respect de leur liberté.

Enjeux sociaux et ecclésiaux

1.3 Encourager les initiatives de recherche qui favorisent l’intelligence de la foi et qui permettent un regard approfondi sur le monde et ses lieux d’exclusion actuels.

1.4 Apporter une attention particulière à Haïti compte tenu des liens privilégiés qui existent entre les deux territoires de la Province.

1.5 Mieux saisir l’urgence écologique et intervenir, sur le plan social et spirituel, pour la sauvegarde de la création dans le souci des générations à venir.

1.6 Renforcer l’engagement de la Province en regard des enjeux de migration.

1.7 Être attentifs aux questions de croyance et d’athéisme dans notre société et être ouverts au dialogue avec toutes les personnes quelles que soient leurs convictions.

1.8 Proposer des démarches pour connaître ou approfondir la foi chrétienne ainsi que des expériences innovatrices pour répondre à la quête spirituelle des personnes.

À de nouvelles frontières

1.9 Favoriser une attitude de disponibilité chez toutes les personnes qui permet de se laisser interpeller et déplacer dans ses pratiques ou ses lieux d’engagement.

1.10 Oser répondre à de nouveaux besoins là où d’autres ne sont pas.

1.11 Vivre de nouvelles formes de vie communautaire (communauté d’insertion, communauté avec des non-jésuites, communauté jésuite internationale, etc.).

2) Création du Corps apostolique

2.1 Prendre soin les uns des autres dans les communautés, les œuvres et la Province.

2.2 Continuer à favoriser une parole libre.

2.3 Nourrir la relation personnelle et communautaire avec le Jésus humble et pauvre qui unit dans la mission.

2.4 Se donner des espaces de rencontre, de partage d’expériences et de discernement pour faire croître le « Corps » dans sa diversité.

2.5 Favoriser de nouveaux types de liens et de collaborations entre les personnes, les générations, les œuvres et les communautés afin de mieux valoriser leur complémentarité.

2.6 Encourager les liens entre les œuvres similaires et les communautés des deux territoires de la Province, le Canada français et Haïti.

2.7 Renforcer l’interdépendance de la Province avec le Canada anglais et, sur le plan international, développer des liens avec d’autres instances de la Compagnie.

3) Formation

3.1 Favoriser une insertion aux frontières sociales et ecclésiales au cours de la formation initiale et continue des Jésuites.

3.2 Favoriser la formation permanente des Jésuites et des non Jésuites engagés dans les œuvres, en valorisant l’expertise et l’expérience des œuvres.

3.3 Assurer la transmission de l’héritage jésuite afin que les institutions fondées par la Compagnie de Jésus puissent en conserver l’esprit.

3.4 Approfondir ensemble ce qu’implique « la manière de Jésus humble et pauvre ».

4) Communication

4.1 Poursuivre et intensifier la circulation de l’information au sein de la Province, en valorisant le recours aux moyens électroniques et aux médias sociaux.

4.2 Développer des modes d’expression crédibles pour aujourd’hui afin de traduire la posture et les options fondamentales de la Compagnie de Jésus et de ses œuvres.

4.3 Oser prendre davantage la parole sur des enjeux sociaux et ecclésiaux importants.

Critères pour le discernement

Les grandes orientations proposées ci-dessus doivent être reçues comme des interpellations et des critères permettant à chaque personne et à chaque instance de réaliser une démarche de réflexion et d’évaluation de son engagement.

Voici quelques questions qui peuvent aider à la réflexion et à l’animation de cette démarche dans chaque instance :

1) Comment ma communauté ou l’œuvre au sein de laquelle j’interviens rejoint-elle les grandes orientations proposées?

2) Quelles orientations s’appliquent davantage à la mission qui nous est confiée? Comment?

3) Quelles orientations semblent moins s’appliquer à la mission qui nous est confiée? Qu’est ce qui rend difficile de réaliser ces orientations?

4) Quelles sont les résistances rencontrées? Que révèlent-elles? En quoi peuvent-elles nous pousser à aller plus loin?

5) Si nous laissions place à notre créativité et aux rêves, que voudrions-nous faire de différent, de nouveau? Y a-t-il des moyens que nous pouvons trouver pour y parvenir?

Processus et échéancier

Afin de poursuivre notre démarche collective, toutes les communautés et les œuvres sont invitées à s’engager dans les étapes suivantes :

 Printemps/été 2014 : en utilisant comme guide ou balises à la fois la vision apostolique et les orientations présentées dans ce document, il est demandé à chaque œuvre et communauté de réaliser une évaluation de ses engagements. Un soutien pour cette démarche peut être assuré par des membres du Comité d’appui au discernement (CAD).

 Automne 2014/hiver 2015 : chaque instance est invitée à poursuivre la réflexion sur sa mission avec une autre communauté, une autre œuvre ou un autre réseau (cette démarche peut être reprise avec plus d’une communauté, œuvre ou réseau). Il s’agit par ces rencontres de susciter de nouvelles idées, de nouvelles collaborations qui bénéficieraient à l’ensemble des personnes et groupes impliqués et permettraient de renouveler les pratiques.

 La Journée de Province du printemps 2015 (17 avril 2015) sera l’occasion de mettre en commun le cheminement qui aura été réalisé par chaque instance au cours de l’année et de partager les efforts accomplis pour construire le « Corps apostolique ». Nous aurons alors certainement une meilleure compréhension de l’identité et du projet apostolique porté par la Province jésuite du Canada français dans la perspective d’une nouvelle structure pour la Compagnie de Jésus au Canada.

Comité d’appui au discernement

Jean-Marc Biron sj
Gabriel Côté sj
Élisabeth Garant
Hélène Laflamme-Petit
Michel Lessard sj
Marco Veilleux

6 mars 2014

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles