Histoires

Photo: Wu Xiaoxin, Ricci Institute, University of San Francisco

On imagine le jĂ©suite : il a fait sa valise, il s’apprĂŞte Ă  se rendre lĂ  oĂą on lui demande d’aller en ministère, toujours prĂŞt Ă  rĂ©pondre Ă  l’appel du pape ou de ses supĂ©rieurs jĂ©suites. Cette image Ă©voque le rayonnement mondial de la Compagnie de JĂ©sus et suggère bien le sens du devoir inhĂ©rent aux vĹ“ux jĂ©suites. En tant qu’archiviste de la Province canadienne et donc responsable de gĂ©rer son patrimoine documentaire, je pense tous les jours Ă  l’arrivĂ©e des premiers compagnons en Nouvelle-France en 1611, aux Ă©vĂ©nements survenus en Huronie quelques dizaines d’annĂ©es plus tard, et au rĂ©cit continu de ces rencontres et de ces expĂ©riences missionnaires dans les Relations. Mais en plus de me ramener dans la Nouvelle-France du 17e siècle, les quatre journĂ©es extraordinaires du colloque d’octobre m’ont aidĂ©e Ă  situer la prĂ©sence missionnaire chrĂ©tienne dans le contexte mondial. En effet, les universitaires qui y ont exposĂ© et analysĂ© des rĂ©cits de martyre l’ont fait en jetant un pont entre les siècles, les ocĂ©ans et les continents.

Le père Antoni Ucerler a ouvert le colloque en brossant une fresque historique des missions en Asie orientale. Ă€ partir des premières cartes gĂ©ographiques, il a traitĂ© de l’hĂ©ritage de saint François-Xavier et de l’importance de la culture de l’imprimĂ© pour la diffusion des Relations qui proposaient aux lecteurs europĂ©ens des rĂ©cits en provenance d’autres continents. Il a Ă©voquĂ© Matteo Ricci, les dictionnaires portugais-chinois et la communication entre jĂ©suites europĂ©ens et savants chinois en parlant de « rencontre d’intelligences » et d’amitiĂ©s fidèles fondĂ©es sur le respect mutuel. Il a tirĂ© un parallèle avec la relation entre Jean de BrĂ©beuf et Joseph Chiwatenhwa en Huronie. Les dimensions politiques, intellectuelles et religieuses de l’Asie orientale au 16e siècle ont permis de situer et de comprendre les conversions, les persĂ©cutions, les expulsions, les invasions et le martyre au Japon, en CorĂ©e, au Vietnam et en Chine, ainsi que les voies menant Ă  la libertĂ© religieuse.

Le père Michael Knox a proposĂ© ensuite une analyse contextuelle de la Huronie. Il a traitĂ© de la vision jĂ©suite du monde, du cheminement avec le Christ crucifiĂ©, de l’offrande de soi et du dĂ©sir d’ĂŞtre avec le Christ souffrant, du martyre oĂą la vie intĂ©rieure compte plus que la vie physique. Venus s’établir en Huronie Ă  l’invitation des Hurons-Wendat, les jĂ©suites avaient en tĂŞte des objectifs stratĂ©giques et une idĂ©e très nette du rĂ´le exemplaire que pourrait jouer la communautĂ© de Sainte-Marie, cadre harmonieux d’Ă©vangĂ©lisation par le dialogue. Nos sĂ©ances de travail se tenaient sur les lieux mĂŞmes oĂą le fort Sainte-Marie a Ă©tĂ© reconstruit : le lien avec l’histoire des jĂ©suites et celle des Hurons-Wendat Ă©tait palpable. Le père Knox a prĂ©sentĂ© les sources documentaires et archĂ©ologiques qui ont prĂ©sidĂ© Ă  la reconstruction, et il a fait revivre le passĂ© par ses descriptions Ă©vocatrices de la vie quotidienne et de la spiritualitĂ© autochtones. Il a conclu en expliquant la dĂ©cision difficile que prit Ragueneau de brĂ»ler Sainte-Marie plutĂ´t que de laisser la mission Ă  l’envahisseur iroquois. Au terme de cette mise en contexte, les participants ont assistĂ© Ă  l’ouverture spectaculaire des portes de la salle de confĂ©rence : ils avaient sous les yeux le village reconstituĂ©, et le père Knox les invitait Ă  entrer sur le site. Dans l’air vif d’une journĂ©e d’automne radieuse, notre guide a redonnĂ© vie Ă  chaque Ă©difice et Ă  chaque trait caractĂ©ristique.

Ont suivi trois jours de panels intenses : sur le mouvement boxer en Chine, sur les rencontres entre confucianisme et christianisme, sur les problèmes d’enculturation, et sur le martyre conçu non pas comme fanatisme, mais comme acculturation. Les modèles culturels et les rituels entourant la mort ont conduit Ă  une discussion sur la mort conçue comme la forme la plus Ă©levĂ©e de protestation sociale et sur l’écho qu’a eu le martyre chrĂ©tien pour le peuple vietnamien. En partant de Silence, le film de Scorsese, on a Ă©voquĂ© la survie clandestine du christianisme au Japon et consacrĂ© une sĂ©ance aux femmes martyres de ce pays.

Ce survol très rapide de quelques-uns des sujets traitĂ©s ne rend ni l’ampleur de l’Ă©rudition ni la profondeur des Ă©changes pendant le colloque. Les confĂ©renciers n’ont pas seulement abordĂ© les rĂ©cits de martyre, ils ont aussi prĂ©sentĂ© des points de vue diffĂ©rents, approfondi des questions d’esthĂ©tique, d’iconographie, de droits de la personne, de libertĂ© religieuse et de hiĂ©rarchie sociale. L’archiviste que je suis a beaucoup appris sur la façon dont l’histoire et la documentation matĂ©rielles contribuent Ă  la transmission intergĂ©nĂ©rationnelle. Mon rĂ´le consiste Ă  permettre aux historiens d’accĂ©der aux documents du passĂ© et, pendant ces quatre jours, j’ai eu le privilège de voir et d’entendre des chercheurs interprĂ©ter ce prĂ©cieux hĂ©ritage, en proposer de nouvelles lectures et faire des rapprochements historiques inĂ©dits entre les cultures et les continents.

Surveillez la parution des actes du colloque, que l’Institut Ricci compte publier. Avec mes plus sincères remerciements au père M. Antoni J. Ucerler, S.J., au père Michael Knox, S.J. et au docteur Wu Xiaoxin, de l’Institut Ricci, qui ont fait de cet Ă©vĂ©nement une expĂ©rience exceptionnellement riche.

Aperçu

Des historiens et des conservateurs de Chine, de CorĂ©e, du Japon, du Vietnam, des États-Unis et du Canada se sont rĂ©unis Ă  Midland, en Ontario, du 18 au 21 octobre 2018. Ils Ă©taient invitĂ©s Ă  un colloque sur « la vie et la mort dans les missions de Nouvelle-France et d’Asie orientale : rĂ©cits de foi et de martyre ». OrganisĂ© et coparrainĂ© par le Ricci Institute for Chinese-Western Cultural History de l’UniversitĂ© de San Francisco et le Sanctuaire des Martyrs canadiens, l’Ă©vĂ©nement a Ă©tĂ© l’occasion d’entendre d’éminents chercheurs exposer l’histoire comparative des rencontres missionnaires vĂ©cues par des EuropĂ©ens en Nouvelle-France et en Asie orientale.

Le père M. Antoni J. Ucerler, S.J., directeur et professeur agrĂ©gĂ© d’Ă©tudes est-asiatiques Ă  l’Institut Ricci, a axĂ© la rencontre sur l’approche des « connexions historiques » [connected histories] : l’impact des dĂ©veloppements historiques du christianisme dans une culture ou une rĂ©gion donnĂ©e sur l’histoire d’autres cultures et d’autres rĂ©gions. Le colloque a explorĂ© l’influence des lettres et des « relations » missionnaires asiatiques sur les rapports des missionnaires avec les peuples autochtones en Nouvelle-France.

Les participants ont visité la reconstitution du site huron-wendat de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons, ils sont allés sur les tombes de Brébeuf et Lalemant, et ils se sont rendus sur le site voisin de Saint-Ignace II où le père Michael Knox, S.J., directeur du Sanctuaire des Martyrs, a fait un exposé sur les événements entourant le martyre de 1649.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer