Le Père Général Arturo Sosa a annoncé aujourd’hui que le procès en béatification du Père Pedro Arrupe (1907-1991) débutera officiellement en février prochain. L’actuel supérieur général de la Compagnie de Jésus a confirmé que le procès en béatification a été officiellement mis en branle aujourd’hui même « au Vicariat de Rome, le lieu de son décès ». Celui qui fut le Père Général des jésuites de 1965 à 1983 peut donc désormais être désigné comme un « serviteur de Dieu », lit-on dans une dépêche du Catholic News Service reproduite par la revue jésuite America

Une centaine de personnes seront appelées à témoigner lors de ce procès en béatification, a confirmé le Père Général Arturo Sosa. Deux commissions ont également été mises sur pied afin de passer en revue les œuvres du père Arrupe, de même que les nombreuses lettres et textes manuscrits qu’il a rédigés au cours de sa vie. Des experts tâcheront aussi de reconstruire le « contexte socio-ecclésial » dans lequel a vécu le 28e supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Lors de ses visites officielles au Canada et en Espagne plus tôt cette année, le Père Général avait évoqué le début imminent du procès en béatification de son illustre prédécesseur. Dans un article publié dans la revue Relations, en août 2010, Marco Veilleux avait qualifié le père Pedro Arrupe de « témoin et figure lumineuse du XXe siècle »: « Dans l’ensemble de l’Église autant que dans le monde séculier, il sera reconnu comme un maître spirituel, un prophète de la justice, un apôtre de la paix et un leader d’envergure internationale. Aujourd’hui encore, lorsque les jésuites et leurs collaborateurs et collaboratrices laïques s’engagent dans des œuvres d’analyse, de transformation et de solidarité sociales (recouvrant le champ de ce que l’on appelle « l’apostolat social »), ils s’inscrivent directement dans la lignée de Pedro Arrupe. Ils cherchent à être, comme ce dernier y invita sans cesse ses contemporains, « des hommes et des femmes pour les autres », disait alors l’ex-délégué à l’apostat social des Jésuites du Canada français et d’Haïti.

Sur le site web de la curie jésuite de Rome, on peut consulter une page entièrement consacré à la vie et l’œuvre du Père Pedro Arrupe. On peut notamment y consulter des documents d’archives et des témoignages retraçant son parcours exemplaire.

Un peu partout, des jésuites et des non jésuites ont été témoins des qualités exceptionnelles du Père Arrupe : son désir de réaliser en tout la volonté du Père, son enracinement en Jésus Christ, sa confiance en l’Esprit Saint comme guide de l’Église, sa loyauté à toute épreuve envers le Saint Père, « Vicaire du Christ sur la terre », son esprit missionnaire, sa fidélité personnelle à notre mode de procéder, sa sensibilité face aux drames sociaux, son amour et sa proximité des pauvres. Le Père Arrupe apparaît de manière éminente comme un « homme passionné de Dieu et de l’Église ».

Si, en ce 111ème anniversaire de la naissance du Père Arrupe, nous regardons vers le passé, nous pouvons reconnaître sa grande contribution à la Compagnie et à la spiritualité ignatienne : comment il a aidé à redécouvrir les Exercices Spirituels et d’autres textes essentiels de Saint Ignace ainsi que la démarche de discernement personnel et communautaire. Nous nous rappelons qu’il demandait à la Trinité – en qui le charisme ignatien trouve son inspiration – de « comprendre la signification aujourd’hui, pour moi et pour la Compagnie, de ce qui a été autrefois manifesté à Ignace ». C’est ainsi que la vie du jésuite a été rénovée dans ses différentes dimensions, la consécration, les vœux, la communauté et la mission. De manière générale, le Père Arrupe a agi en sorte que la Compagnie, l’Église et la société puissent se nourrir de toute la richesse ignatienne adaptée au temps présent”, lit-on dans la lettre que vient d’adresser le Père Général Arturo Sosa à toute la Compagnie de Jésus.

Poursuivez votre lecture
Article précédent :
Article suivant :
Tous les articles

Je veux recevoir le Compagnons!

Chaque vendredi, recevez un bulletin résumant les nouvelles de la semaine.